Pourquoi brûle-t-on encore le Bonhomme Hiver?

CoutumeLe «Böög» fait partie d’une tradition qui n’a rien d’irrationnel pour Youri Volokhine, chercheur à l’Université de Genève.

Une coutume qui n'est pas prête de partir en fumée.

Une coutume qui n'est pas prête de partir en fumée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le «Böög» est une de ces croyances populaires qui trouvent parfaitement leur place dans notre société moderne qui veut renouer avec la nature, pense Youri Volokhine, maître d’enseignement et de recherche de l’histoire des religions à l’Université de Genève.


À lire : Le Böög se trompe presque toujours


À notre époque, alors que l’on scrute les prévisions météo à cinq jours les plus précises possible, n’est-ce pas complètement irrationnel de brûler un mannequin et d'en déduire que l’été sera beau ou pourri?
Il faut se rappeler sur quoi reposent ces traditions. Avant, dans les sociétés paysannes chrétiennes occidentales, tout semblait très clair. On bénissait les champs sans se poser de question. Tout cela faisait partie d’un cycle religieux et païen lié aux célébrations du carême et de Pâques. Une manière de rythmer l’année au fil des saisons. La société urbanisée actuelle a perdu le fil de la nature et ce besoin de renouer avec les fêtes du renouveau existe. Maintenant, est-ce plus rationnel de demander à Dieu de protéger ses champs ou de croire en la toute-puissance du Roundup, on peut se le demander. Pour moi, nous ne sommes pas devenus plus rationnels qu’avant.

Alors à quoi sert cette tradition? Est-ce avant tout un divertissement?
Beaucoup de célébrations religieuses ou traditionnelles sont passées du côté du divertissement anodin. Mais encore une fois, tout dépend de la motivation de chacun. Il y a très certainement un besoin de se retrouver, un côté festif, rythmé par les costumes, les cortèges. Par analogie, on peut aller à la messe le dimanche pour retrouver ses semblables, vivre une tradition, des rituels, sans pour autant croire en Dieu.

Un besoin de retourner à la nature aussi?
Oui, certainement. Nous avons perdu le contact à la nature. Ces fêtes du printemps sont pour certains d’entre nous un besoin de se rapprocher de la terre, un besoin que l’on retrouve sous une autre forme parmi ces jeunes qui descendent aujourd’hui dans la rue et qui manifestent pour le climat, alors que cette notion d’écologie ne date pas d’hier.

Les Suisses sont-ils profondément traditionnels?
Là encore, de quels Suisses parle-t-on? Une chose est sûre, la tradition se réalimente en permanence et on aime aujourd’hui mettre sur le papier ce patrimoine culturel, le réévaluer constamment. Regardez l’Escalade, la Fête des vignerons, les coutumes classées au patrimoine de l’Unesco. Dans notre société qui est devenue un peu artificielle évolue un patrimoine immatériel et on le constitue soit parce qu’on a peur de le voir disparaître, soit parce qu’on a envie de le garder.

Créé: 08.04.2019, 15h57

Articles en relation

Le Böög se trompe presque toujours

Fête populaire Ce lundi à 18h, les Zurichois mettent le feu au Böög lors de la fête du Sechseläuten, afin de déterminer la météo de l'été. Une tradition bien ancrée, mais très peu fiable, selon une étude de Météosuisse. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.