Le cercle des adolescents disparus

Avec «Darkest Minds», l’industrie hollywoodienne rêve d’un nouvel «Hunger Games». En vain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A 16 ans, les ados de «Darkest Minds» connaissent leurs références. Ainsi de Liam (Harris Dickinson), quand il expose les règles du jeu à Ruby (Amandla Stenberg). «On dira que tu es Harry Potter, tandis que moi, au mieux, je pourrais être un Ron ou une Ginny». À chacun ses superpouvoirs. Car dans le monde de «Darkest Minds», à peine décalé du nôtre, les enfants ont été éradiqués à 90% par un mal mystérieux. Traqués par les milices des adultes, les survivants se classent par couleurs, selon leur modification génétique. Les Bleus sont dotés du pouvoir de télékinésie, comme Liam, les Jaunes contrôlent l’électricité, les Verts disposent d’un Q.I. hors du commun. En haut de la pyramide trônent les Rouges qui contrôlent le feu, et les Oranges comme Ruby, qui maîtrisent l’esprit d’autrui. Ces deux strates incarnent la dangerosité maximale. Ruby la brunette peut donc se revendiquer l’égale de Harry Potter, tandis que son amoureux Liam, moins puissant, reste au niveau d’un Ron.

Depuis plus de deux décennies, Hollywood n’a cessé de pourchasser les apprentis sorciers. Après que des générations de spectateurs ont grandi dans l’aura du collège de Poudlard, l’industrie cinématographique américaine a perpétué la magie avec «Matrix» ou «Twilight» en continuant à séduire ces spectateurs qu’elle avait initiés à la S.F. dystopique.

En ce sens, la trilogie «Hunger Games» scella définitivement un pacte avec les «Y.A.», ces jeunes adultes qui se reconnaissaient alors dans une thématique plus sombre et grave. Katnis Everdeen, l’héroïque rebelle à la tyrannie des dirigeants corrompus par l’argent, partait en guerre. Pour l’anecdote, Ruby, l’héroïne de «Darkest Minds», est incarnée par Amandla Stenberg, qui jouait déjà aux côtés de Jennifer Lawrence dans «Hunger Games». La petite se montre irrésistible, captée entre deux âges, à la fois ado rougissante au premier baiser et adulte face au dilemme philosophique. La force du film réside d’ailleurs dans son gang de juvéniles comédiens.

Au-delà, scruté et disséqué, par les sociologues et autres universitaires, le phénoménal succès du genre dystopique ne cesse de trouver des explications rationnelles. Ainsi, la relecture contemporaine du concept totalitariste se singularise par son expression générationnelle. Les jeunes adultes se méfient de leurs aînés et des marionnettes caricaturales qu’ils leur dépêchent, baudruches de la télé-réalité, sportifs dopés aux hormones et autres politiciens véreux. Certes, ils subissent, s’abreuvent d’infos sur les écrans saturés de leurs tablettes, cliquent et «like» sur les réseaux sociaux. Mais ils n’ignorent plus le pouvoir malfaisant des «trolls» et autres «fake news».

Jouant de ce miroir social, «Darkest Minds» ne se prive pas de dénoncer, traite abusive des enfants, gouvernements viciés etc. Dans ce premier épisode, le président des États-Unis, soucieux de son peuple comme de son fils qui a survécu, affirme chercher un remède à l’épidémie. Une ligue clandestine prétend venir à la rescousse des fugitifs. Un nirvana existe, caché dans les bois, refuge écolo digne des communautés babas cool d’antan. Mais la parano guette dans ce monde mensonger.

Surtout, le bon vieux mantra de la différence revendiquée fonctionne à fond, façon «X-Men», dans l’arc-en-ciel ethnique des Bleus, Verts, Jaunes etc. D’où un plaisant ping-pong de situations, où les répliques érudites fusent entre deux implosions électriques, où les effets spéciaux restent mineurs face aux pétages de plombs sentimentaux. Les producteurs, Shawn Levy and Dan Levine, gardent l’esprit de camaraderie cher à leur série TV «Stranger Things». La réalisatrice Yuh Nelson, après avoir mis en scène deux épisodes de «Kung-Fu Panda», caresse dans le sens du poil. Comme Ruby qui dans «Darkest Minds», s’efface de la mémoire d’autrui, le tout ne laisse qu’une trace fugace. S.-F. (USA, 95’, 14/16). Cote: VV (24 heures)

Créé: 08.08.2018, 08h15

Zoom

Du livre jeunesse au grand écran

1997
J. K. Rowling avec Harry Potter relance avec fracas le livre jeunesse, se classe dans les best-sellers du New York Times et du monde entier. Les 7 livres sont adaptés en huit films simultanés, 3e plus rentable franchise de tous les temps (8 milliards de dollars).
2003
«The Matrix» des soeurs Wachowski, relance la dystopie pour public post-ado.
2005
«Twilight», 100 millions d’exemplaires, vampirise la mode, relayée en cinq films dès 2008.
2008
«Hunger Games», écrit par Suzanne Collins, servi par la débutante éblouissante Jennifer Lawrence, provoque un même engouement; la grande santé du secteur jeunesse se confirme.
2014
Tiré de la trilogie de Virginia Rothe (2011), «Divergent» tente la récidive. La recrue Shailene Woodley n’a pas le charisme de Lawrence. L’adaptation du tome 3 scindé en deux, restera inachevée. En parallèle, «L’épreuve» de James Dashner, produit «Labyrinthe», trois films honnêtes, sans plus.
2018
«The Darkest Minds» veut occuper le terrain: petit succès sur les écrans US. À suivre aux Éditions de La Martinière. C. LE

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.