Passer au contenu principal

Quand les compagnies aériennes réinventent la classe éco

Les sièges dits «premium economy» fleurissent sur les grandes compagnies. Swiss ne les a pas encore mis en place. Plongée dans les petits calculs des transporteurs aériens.

Les compagnies comptent convertir tous les voyageurs du fond de l’avion qui en ont les moyens.
Les compagnies comptent convertir tous les voyageurs du fond de l’avion qui en ont les moyens.
DR

Vous traînez votre sac dans la travée, de plus en plus étroite. Les fauteuils «business» dépassés – sympa, ces alcôves – la classe éco apparaît, cela sent encore le frais. Au programme, douze heures dans la bétaillère, les genoux collés au siège devant vous. «Good night, and good luck.»

A moins que. En y repensant, juste avant les toilettes, il y avait ces quelques rangées de drôles de sièges – ressemblant à une classe éco à l’ancienne, circa 1970. Qui laissaient supposer un confort proche d’une chaise longue. Tentant. C’est fait pour. Les compagnies l’appellent la classe «premium economy». Et comptent bien y convertir tous les voyageurs du fond de l’avion qui en ont les moyens.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.