La compétition locarnaise, décevante au début, relève la tête

Locarno FestivalCinq ou six films parviennent pour l’instant à se détacher dans un concours qui avait mal démarré.

«Iceman» imagine l’odyssée d’Ötzi, l’homme des glaces.

«Iceman» imagine l’odyssée d’Ötzi, l’homme des glaces. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avant-hier soir, les trombes d’eau ont découragé le public de rester sur la Piazza pour la projection d’Iceman. Et ils n’étaient au final qu’une centaine à affronter le déluge sous leurs capuches pendant que le film se déroulait imperturbablement. Dommage, car Iceman est clairement l’un des meilleurs films de la Piazza Grande 2017. Réalisé par Felix Randau, il imagine l’odyssée d’Ötzi, cet homme des glaces tué il y a plus de 5000 ans et retrouvé en 1991 dans un glacier tout près des Dolomites. Et la projection n’était pour une fois pas prétexte à récompenser une star. Nastassja Kinski, Adrien Brody ou Mathieu Kassovitz ont déjà quitté Locarno, comme les vedettes françaises – Fanny Ardant, Vanessa Paradis – venues au Tessin en promo.

A l’image d’une Piazza Grande dans son ensemble décevante, la compétition de ce 70e Locarno Festival a démarré très mollement. Il a même fallu attendre le week-end pour enfin découvrir des films qui valent le détour ou s’avèrent suffisamment novateurs pour faire la différence.

Nous avons déjà parlé du suisse Goliath (lire notre édition d’hier), il est temps désormais de dire quelques mots d’autres métrages qui méritent, à un degré ou à un autre, d’être salués. Comme Charleston, du Roumain Andrei Cretulescu, improbable «buddy movie» réunissant un veuf et l’amant de sa femme, fiction dérivant lentement vers une odyssée larguant les amarres avec le réel. C’est un film qui sait lâcher prise et surtout tirer parti d’une musique aussi endiablée qu’obsédante. Lucky, premier film du comédien John Carroll Lynch, sans éviter les clins d’œil faciles, donne à Harry Dean Stanton, 91 ans, l’occasion de camper un personnage de vieillard athée proche de la fin particulièrement savoureux.

Mais la compétition locarnaise 2017, ce sont aussi des propositions radicales. Celle de F.J. Ossang dans 9 doigts, relecture d’un genre, le film noir, pétri dans une esthétique passéiste magnifique. Celle du Chinois Wang Bing, une fois de plus renversant dans Mrs. Fang, documentaire sur une femme de 68 ans proche de la mort, car atteinte de l’alzheimer, et filmée presque constamment en gros plan, jusqu’au malaise, dans un lit d’où elle ne peut bouger. Celle enfin de l’Américain Travis Wilkinson dans un autre fascinant documentaire, Did You Wonder Who Fired the Gun?, sidérante enquête sur un crime raciste commis en 1946 en Alabama.

Ces cinq ou six films, auxquels on pourrait rajouter le curieux Madame Hyde de Serge Bozon, avec une Isabelle Huppert inédite, composent une compétition moins catastrophique que les trois premiers jours du festival ne le laissaient craindre. Le Léopard d’or de cette édition se trouve sans doute parmi les titres cités. Ou parmi ceux qu’il reste à découvrir? (24 heures)

Créé: 10.08.2017, 09h01

Articles en relation

L’autre Amérique à Locarno

Festival Cinéaste magnifiant les outsiders banals ou superstars, Todd Haynes était l’invité du festival. Rencontre Plus...

Pour Mathieu Kassovitz, le cinéma est un sport de combat

Festival de Locarno Réalisateur de «La haine», acteur pour Spielberg, Costa-Gavras et Audiard, le Français a été honoré samedi à Locarno. Il y présentait «Sparring», film de boxe où le franc-tireur prend des coups. Plus...

«Locarno est sur le billet de 20 francs, pas Zurich»

Cinéma Président du festival du film depuis le nouveau millénaire, Marco Solari raconte l’édification d’un succès à la fois populaire et artistique, dont l’édition anniversaire bat son plein. Plus...

Fanny Ardant: «J’ai peur de tous les rôles»

Locarno Festival La star joue un homme qui a changé de sexe dans «Lola Pater». Rencontre. Plus...

[VIDÉO] Alain Berset et l’OFC sont ravis de Courgette

Cinéma Jeudi à Locarno, les patrons suisses de la culture et du cinéma ont brossé un tableau à succès de l'année en cours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...