Passer au contenu principal

SuisseLa construction veut 120 francs d'augmentation

Les syndicats Unia et Syna ont rappelé que les salaires n'ont été augmentés qu'une fois ces cinq dernières années.

Unia plaide également pour le renouvellement de la convention collective de travail (CCT).
Unia plaide également pour le renouvellement de la convention collective de travail (CCT).
Keystone

Les employés du second œuvre romand veulent une augmentation de 120 francs des salaires réels pour 2018. Des délégués affiliés aux syndicats Unia et Syna se sont réunis samedi à Tolochenaz (VD) pour formuler leurs revendications en vue du renouvellement de la CCT.

Les salaires n'ont été augmentés qu'une fois ces cinq dernières années, ont indiqué les deux syndicats dans un communiqué. Raison pour laquelle des menuisiers, peintres et plâtriers de toute la Suisse romande ont exigé une amélioration de leur rémunération pour compenser les hausses des loyers, des primes d'assurances maladie et du coût de la vie.

Renouvellement de la CCT demandé

Les carnets de commande débordent et le stress augmente en raison de la masse de travail à effectuer, ont argumenté les ouvriers. Ils demandent aussi le renouvellement de leur convention collective de travail (CCT), qui arrive à échéance à la fin de l'année.

Lors d'une action devant l'Ecole de la construction à Tolochenaz, les travailleurs ont adressé symboliquement un carton jaune aux employeurs, soit la Fédération romande des entreprises de charpenterie, d'ébénisterie et menuiserie (FRECEM) et la Fédération romande des entreprises de plâtrerie-peinture (FREPP), les deux principales organisations patronales signataires de la CCT.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.