Cristiano Ronaldo: machine à cash impressionnante

FootballLe Real Madrid a perdu sa poule aux œufs d’or. En neuf saisons, le Portugais a dopé l’économie du club.

Au tour de la Juventus de vendre des maillots au nom de Ronaldo. Le Real en écoulait près d'un million par année.

Au tour de la Juventus de vendre des maillots au nom de Ronaldo. Le Real en écoulait près d'un million par année. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’histoire d’amour, bien que tumultueuse, entre Cristiano Ronaldo et le Real Madrid semblait partie pour s’étendre jusqu’à la retraite de l’attaquant portugais. Ce dernier en a décidé autrement et s’est finalement engagé avec la Juventus.

Le Real Madrid ne perd pas seulement un immense champion, mais aussi une impressionnante machine à cash. Ce n’est pas pour rien si la Juventus, d’ordinaire mesurée dans ses dépenses et toujours à l’affût des bonnes affaires, n’a pas hésité à lâcher plus de 100 millions d’euros d’indemnité de transfert et un salaire annuel de 30 millions d’euros pour un joueur de 33 ans.

Les chiffres peuvent effrayer mais devraient être rapidement amortis. En 2009, Cristiano Ronaldo avait signé au Real Madrid pour un montant proche, devenant à l’époque le plus gros transfert de l’histoire du football. Or, celui-ci a été rentabilisé en deux ans rien qu’avec les ventes de maillots. Près d’un million de pièces par année, de loin le total le plus élevé pour un joueur du club merengue, soit 100 millions d’euros de recettes par saison. Sans compter les produits dérivés.

Mais ce n’est pas tout: outre les retombées d’argent directement liées au joueur, Ronaldo renforce le rayonnement de son club, comme l’explique Peter Henry, professeur en droit du sport à l’Université de Genève: «Il fait rêver beaucoup de monde par ses performances et cela a une valeur. Grâce à sa présence, le Real vendait plus de billets, attirait plus facilement les sponsors, les droits TV se monnayaient plus chers…»

D’un point de vue sportif, le Portugais a été le grand artisan des succès du Real depuis 2009. En termes de primes de titres, Ronaldo a contribué à rapporter 146,5 millions d’euros dans les caisses de son employeur, selon une étude d’«As».

Spécialiste en management du sport, Emmanuel Bayle estime que le Real ne pâtira pas du départ de son élément phare: «Le rayonnement du Real est plus fort que n’importe quel joueur, même Ronaldo. Le PSG, par exemple, est bien plus dépendant de Neymar et bientôt de Mbappé.» Peter Henry, lui, en est moins sûr: «Ne plus l’avoir, c’est un désavantage. Le Real va récupérer une part de sa valeur, entre l’indemnité de transfert et l’économie de son salaire, mais cela ne couvre pas la perte de sa valeur marchande.»

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le Real fasse le forcing pour attirer Neymar. Le Brésilien étant l’une des rares stars à pouvoir rivaliser avec «CR7» en matière de puissance de marque.

(24 heures)

Créé: 11.07.2018, 21h00

Articles en relation

À la Coupe du monde, le berger iranien se mesure au milliardaire portugais

Football Si leur destin est exceptionnel, tout oppose Alireza Beiranvand à Cristiano Ronaldo, qui s’affrontent ce lundi lors d’Iran-Portugal Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...