Daniel Brélaz, le géant vert, a tiré sa révérence

LausanneJeudi, des politiciens ont rendu hommage à ce matou de la politique qui n'a jamais hésité à sortir les griffes.

Daniel Brelaz aux côtés de sa femme Marie-Ange, lors d'une fête pour remercier le Syndic sortant de la ville de Lausanne, ce jeudi 30 juin 2016 au cinéma Capitole.

Daniel Brelaz aux côtés de sa femme Marie-Ange, lors d'une fête pour remercier le Syndic sortant de la ville de Lausanne, ce jeudi 30 juin 2016 au cinéma Capitole. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Daniel Brélaz a tiré jeudi sa révérence en tant que syndic de la ville de Lausanne. Des politiciens et amis ont rendu hommage au géant vert et politicien hors normes. Il a siégé 26 ans et demi à l'exécutif de la ville, dont presque 15 ans comme syndic.

Un «guide suprême», un «visionnaire génial» au «style de bulldozer», «l'homme des grands projets», un amoureux des chiffres, parfois impatient, qui jauge rapidement les positions et donne la solution le premier: les orateurs qui se sont succédé sur la scène du cinéma Capitole lui ont rendu hommage avec une pointe de dérision, à l'image des petites piques que Daniel Brélaz se plaît à donner.

Grand ou gros

La stature de l'homme et son empreinte sur la ville ne sont plus à démontrer. «Non, je ne vous parlerai pas de ses chats, de ses cravates ou de ses régimes alimentaires», a lancé Grégoire Junod, le futur syndic. Il a préféré citer Helmut Kohl: «En politique, il faut être grand ou gros. Si vous êtes les deux, c'est génial».

Anecdotes et intermèdes musicaux du Quatuor Sine Nomine ont alterné, en présence de Marie-Ange, la femme de Daniel Brélaz et de leur fils. Jean-Yves Pidoux, son collègue de parti et d'exécutif, a rappelé sa «solidarité remarquable» à l'égard des décisions de la municipalité, même si souvent «sa» vérité était «la» vérité.

Un syndic de caractère

«Il a été un très bon syndic, malgré des traits de caractère compliqués», a ajouté Grégoire Junod qui se souvient aussi de sa «popularité exceptionnelle». Plus récemment, il est resté «médusé» lorsque, au cours d'une rencontre avec la maire de Paris Anne Hidalgo, il a osé la reprendre sur les résultats des arrondissements de la capitale française. «Elle n'a rien trouvé à y redire», a-t-il ajouté.

Un écologiste engagé

La relève l'a aussi remercié: «tel un brise-glace, il a frayé une voie dans la banquise pour tous ceux qui se préoccupent de l'environnement», a dit Léonore Porchet, la présidente des Verts lausannois. «Il passait pour un rêveur loufoque lorsqu'il tressait des louanges à l'énergie solaire».

Un record de longévité

Une page se tourne pour la vie politique à Lausanne. Daniel Brélaz aura passé trois législatures à la tête des Services industriels puis trois législatures comme syndic, presque un record.

Vers une nouvelle vie

Dans un discours très politique, orienté vers l'avenir, Daniel Brélaz, 66 ans, a rappelé qu'un destin, le sien ou celui d'une ville, peut tenir à très peu de choses. Le 20 décembre 1954, enfant, il a été renversé par une voiture sur un passage piéton. «J'ai passé sept jours entre la vie et la mort», a-t-il dévoilé.

Le désormais ex-syndic continuera à siéger au Conseil national. Avec cette demi-retraite, il «envisage de passer à la semaine de 32 ou 38 heures». (ats/nxp)

Créé: 30.06.2016, 21h05

Articles en relation

Brélaz, la fin d'une ère

Long format Brélaz, la fin d'une ère Plus...

Pourquoi Daniel Brélaz pourrait redevenir le héros des Verts

Vaud Les Verts vaudois se construisent une nouvelle culture politique. Certains voient dans le syndic de Lausanne leur salut à Berne. Plus...

Brélaz rend les clés de la capitale

Web-documentaire En 25 ans de Municipalité, dont 15 en tant que syndic, le «géant vert» a profondément marqué Lausanne. Plus...

«Il y a peut-être un avenir pour les vieux hommes Verts»

Lausanne Daniel Brélaz, Olivier Français et Marc Vuilleumier se sont exprimés mercredi pour la dernière fois devant le Conseil communal. Florilège.... Plus...

C'est non à la destruction du service public

L’invité Daniel Brélaz s'en prend à deux initiatives à la fois: il combat l'initiative dite «vache à lait» et pourfend celle dite «Pour un service public». Plus...

Articles en relation

Brélaz, la fin d'une ère

Long format Brélaz, la fin d'une ère Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...