Une délégation suisse au fort accent vaudois

Jeux olympiquesSur les 29 Romands membres de l’équipe de Suisse, 14 sont issus du canton de Vaud.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le canton de Vaud est certainement le champion toutes catégories en termes d’administration. La présence du CIO, le travail des villes et de l’Etat ont attiré à ce jour pas moins de 36 fédérations et 19 organisations sportives internationales. Un «acouet» jamais observé dans notre coin de pays. Et pas question de se reposer sur ses lauriers. Une délégation lausannoise et cantonale tentera de séduire de nouvelles fédérations durant les Jeux.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Et pendant que nous brandissons fièrement le drapeau où «le blanc coule dans le vert», autant le lever un peu plus haut encore pour saluer l’«épéclée» d’athlètes qui nous représenteront dès vendredi aux Jeux de Rio. Ils sont exactement 15 Vaudois à avoir gagné leur sélection, ce qui représente la moitié des sportifs romands présents durant ces joutes internationales (sur 105 athlètes suisses).

Pas là pour faire de la «cassibraille»

Les «bouèbes» du canton sont aussi nombreux en raison des qualifications des cyclistes sur piste (5) et des athlètes (4). La présence au plus haut niveau de Timea Bacsinszky et des rameurs (Maillefer et Delarze) y est pour beaucoup. Alors que Noémi Girardet (natation) et Anouk Vergé-Dépré (volley) complètent la liste.

Qu’on se le dise, aucun d’entre eux n’est à Rio pour faire de la «cassibraille». Tous sont aguerris et sont prêts à donner le meilleur. Ils auront à cœur d’utiliser leur expérience pour briller.

«Grâce au sport, nous avons eu la chance de voyager sur tous les continents, dans des conditions différentes au niveau climatique, explique le pistard Théry Schir. Nous sommes souvent allés en Colombie avec un climat tropical qui ressemble à celui de Rio. Nous savons comment nous comporter dans ces conditions. Ça change de Granges ou d’Aigle, mais la force d’un athlète est de savoir s’adapter. Avec Frank Pasche, nous nous déplaçons à l’étranger depuis que nous avons 17-18 ans. Nous nous connaissons par cœur. Les membres de l’équipe sont mes coéquipiers, mes adversaires parfois, ce sont mes meilleurs amis.»

A eux de démontrer qu’aux JO comme ailleurs, «y en n’a point comme nous».

Créé: 02.08.2016, 19h13

Galerie photo

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.