Passer au contenu principal

L’esprit militant de Baldwin souffle sur le brûlot d’«I Am Not Your Negro»

Les textes de l’auteur américain inspirent le cinéaste haïtien Raoul Peck depuis l’âge de 15 ans. Il les relit, réalisant le dernier rêve de son mentor. Choc

«Tout ce que je savais par instinct ou expérience, James Baldwin (1924-1987) lui a donné une forme et un nom. Baldwin, poursuit le réalisateur Raoul Peck, m’a donné une voix, un vocabulaire, une rhétorique.» Dans I am not your negro, le cinéaste salue son mentor. Mieux qu’un hommage conventionnel, il matérialise l’ultime projet du romancier, resté inachevé à sa mort il y a trente ans. Et ce documentaire fortifié par une formidable connivence intellectuelle, tonifie la mémoire et suscite une irrésistible empathie. Depuis la sortie de ce brûlot à la sagesse militante, ce film a séduit les festivals du monde entier, honoré de prix à foison, cité à l’oscar du meilleur documentaire. Sans doute parce qu’il réussit à établir des passerelles entre le mouvement pour les droits civiques des années soixante, la furtive euphorie de l’Amérique d’Obama et celle inquiétante, de Donald Trump. Dès 1979, James Baldwin planche sur Remember this house. Marqué par les meurtres de ses amis Medgar Evers (1963), Malcolm X (1965), Martin Luther King (1968), il veut dans cet essai, confie-t-il, exposer «le voile de la confusion raciale». La trame aveuglante se révèle plus complexe qu’une couleur de peau, que des tragédies individuelles. Peck suit Baldwin dans le texte, «au style plus précis qu’un laser, d’une efficacité aussi explosive qu’une grenade dégoupillée». Commençant par la détestation de soi, les cycles de violence déferlent en masse haineuse. Peck zoome sur une archive, remonte le temps, catapulte ici et maintenant. L’Américain Samuel Jackson et le Français Joey Starr lisent Baldwin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.