Passer au contenu principal

Pas d’examen obligatoire pour les chauffeurs d’Uber

La majorité des députés refuse de poser trop de contraintes aux taxis qui exercent dans le canton.

Le Lausannois Mathieu Blanc (PLR), qui a réclamé cette loi cantonale, veut éviter qu’elle soit trop contraignante.
Le Lausannois Mathieu Blanc (PLR), qui a réclamé cette loi cantonale, veut éviter qu’elle soit trop contraignante.
SIEBER/ARC

Les chauffeurs de taxis conventionnels et les chauffeurs Uber ne devraient pas avoir besoin de passer un examen pour prouver qu’ils parlent français et qu’ils connaissent le réseau routier. C’est ce qu’a décidé une majorité de députés ce mardi, alors que le Grand Conseil entame une révision de la loi sur l’exercice des activités économiques (LEAE). Celle-ci vise à remettre des règles dans une profession malmenée par l’arrivée du géant américain Uber.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.