Une ex-candidate au Conseil d’Etat genevois sous expertise psychiatrique

JusticeCette ancienne élue MCG est-elle pénalement responsable d’avoir détourné l’argent de sa pupille se trouvant en EMS?

Le Ministère public a accepté la demande d’expertise psychiatrique.

Le Ministère public a accepté la demande d’expertise psychiatrique. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Où en est l’enquête pénale concernant une ex-candidate MCG au Conseil d’Etat accusée, depuis 2014, d’avoir détourné une grosse somme d’argent? Selon nos informations, le premier procureur Yves Bertossa était sur le point de boucler l’instruction lorsque la défense, représentée depuis peu par l’ancien procureur général Daniel Zappelli, a requis une expertise psychiatrique.

Une nouvelle défense

L’ancienne politicienne genevoise a en effet été victime d’un grave accident lorsqu’elle était enfant. Et cet événement a pu influencer son état psychique lors des faits reprochés. Si l’expertise arrive à la conclusion que sa responsabilité pénale était restreinte au moment des actes, sa sanction sera diminuée d’autant. D’où l’importance de cette requête de Me Daniel Zappelli, acceptée par le Ministère public.

Quels sont exactement les agissements problématiques de cette dame, prévenue d’abus de confiance et de faux dans les titres? Alors qu’elle exerçait un mandat public de curatrice pour une personne, âgée aujourd’hui de 80 ans, l’ancienne haute fonctionnaire aurait détourné et dépensé l’argent de sa pupille. Environ 550 000 francs, selon nos sources.

Les actes ont duré 11 ans

Les actes se seraient déroulés de 2003 à 2014, soit sur une période de onze ans. Les écritures auraient été truquées afin que les autorités chargées du contrôle n’y voient que du feu. On peut se demander comment cette ex-candidate à la présidence du PDC, à la Cour des comptes ou encore à l’Exécutif genevois sous la bannière du MCG a pu déraper ainsi. L’expertise pourra peut-être apporter un éclairage sur des faits qui sont reconnus.

Il semble en tout cas que la politique n’intéresse plus du tout cette femme, dont la vie a pris une tout autre orientation. Elle espère retrouver un travail qui lui permettra peu à peu de rembourser sa victime. Interrogé, son avocat se refuse à tout commentaire: «Dans la mesure où la procédure est en cours, je n’entends pas m’exprimer», indique Me Zappelli.

En septembre 2014, celle qui se trouve aujourd’hui elle-même au chômage travaillait à l’Office cantonal de l’emploi (OCE) comme «coordinatrice du service employeur». Son rôle était de pousser les patrons à engager des chômeurs résidant à Genève plutôt que des étrangers.

L’octogénaire est endettée

En décembre de la même année, le procureur Yves Bertossa, accompagné d’inspecteurs de la police judiciaire, a perquisitionné son bureau à l’OCE. La politicienne se serait elle-même dénoncée alors qu’une enquête était déjà en cours. A l’époque, elle avait parlé de détournements qui ne dépassaient pas les 200 000 francs.

Et sa victime? Elle vit actuellement en EMS et croule sous une montagne de dettes provenant principalement de l’Administration fiscale et des HUG (Hôpitaux universitaires de Genève). La vieille dame a été «choquée» en apprenant les faits. «Elle est obligée de se restreindre alors que si elle pouvait encore profiter de ses économies, elle aurait pu faire un petit voyage de temps en temps, indique son nouveau curateur, Me Philippe Juvet. Je trouve indécent que l’Etat de Genève, au courant de la situation depuis 2014, ne lui permette pas de terminer ses jours paisiblement!»

Procès en 2017

Pourquoi l’Etat? «Parce que selon le droit des curatelles, l’Etat est responsable des actes du curateur», répond l’avocat.

Un procès devrait, en principe, se tenir au printemps 2017.

(24 heures)

Créé: 09.12.2016, 07h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...