Exit, la N.3 du ministère américain de la justice

Etats-UnisRachel Brand a démissionné vendredi, officiellement pour un poste dans le privé - mais certaines sources citent l'affaire russe.

Rachel Brand avait pris ses fonctions il y a à peine neuf mois. Elle a démissionné, vendredi 9 février 2018. (Image - 2 février 2018)

Rachel Brand avait pris ses fonctions il y a à peine neuf mois. Elle a démissionné, vendredi 9 février 2018. (Image - 2 février 2018) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rachel Brand, numéro trois du ministère américain de la justice, a démissionné à peine neuf mois après sa prise de fonctions, a annoncé vendredi le ministère dans un communiqué. Elle va rejoindre Walmart, le géant de la grande distribution, selon des sources proches du dossier.

«Je sais qu'elle manquera à la totalité du ministère, mais nous la félicitons tous pour cette nouvelle opportunité dans le secteur privé», a commenté le ministre de la justice, Jeff Sessions, cité dans le communiqué. Elle va partir «dans les semaines qui viennent», a précisé le ministère.

Dans la hiérarchie du département de la justice, Rachel Brand venait juste après l'Attorney General adjoint Rod Rosenstein, qui supervise l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'investiguer sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 et sur une éventuelle collusion américano-russe pour favoriser Donald Trump.

Pression contre le procureur spécial

Le ministre de la justice Jeffrey Sessions s'est récusé de ce dossier en mars 2017 du fait de ses contacts avec l'ambassadeur russe à Washington durant la campagne.

Le départ de Rachel Brand, spécialiste en droit de la sécurité nationale, intervient au moment où les attaques du président Donald Trump et de parlementaires républicains ne cessent de s'accroître contre le procureur spécial Robert Mueller.

La juriste de 44 ans se trouvait en position d'avoir à éventuellement superviser cette enquête si le numéro deux du ministère de la justice Rod Rosenstein était limogé par M. Trump.

Des élus démocrates craignent en effet que le président ne prenne cette décision depuis qu'il a déclassifié la semaine dernière une note rédigée par un parlementaire républicain très critique envers la police fédérale (FBI) et le ministère de la justice au sujet de l'affaire russe.

De sources informées, on explique que Mme Brand se sentait de plus en plus mal à l'aise devant ces attaques répétées contre le département de la Justice et le FBI, qu'elle interprète, ajoutent ces sources, comme une attaque contre l'état de droit.

Une note démocrate non déclassifiée

Dans un énième rebondissement en lien avec l'affaire de l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016, Donald Trump a refusé, vendredi, au nom de la protection de la sécurité nationale, de publier un document démocrate confidentiel qui rejette les accusations d'abus de pouvoir du FBI et du ministère de la justice dans l'enquête sur l'affaire russe.

Les démocrates voulaient que ce document soit rendu public dans la foulée d'une démarche similaire des républicains, qui ont obtenu gain de cause la semaine dernière avec la déclassification du «mémo Nunes».

Ce document, rédigé par des républicains du congrès, décrit ce qu'ils considèrent comme un abus de pouvoir de la police fédérale (FBI) lors de la mise sur écoute à partir d'octobre 2016 de Carter Page, conseiller de Donald Trump durant la campagne présidentielle.

Entraver le procureur spécial

Depuis, les démocrates craignent que le «mémo Nunes» ne serve de prétexte pour renvoyer des responsables du FBI et du ministère de la justice, et ainsi entraver le procureur spécial Robert Mueller. Ce dernier enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 et sur une éventuelle collusion entre Moscou et l'équipe Trump pour le faire gagner. (ats/nxp)

Créé: 10.02.2018, 06h08

Articles en relation

Trump déclassifie la note critiquant le FBI

Etats-Unis Le président américain continue sa «guerre» contre la police fédérale concernant l'enquête sur l'ingérence russe. Plus...

Il y aura bien de nouvelles sanctions contre la Russie

Ingérence russe Le Trésor américain a confirmé mardi vouloir prendre de nouvelles mesures contre Moscou «dans quelques mois, peut-être dans un mois». Plus...

Donald Trump a explosé de rage dans Air Force One

Etats-Unis Le président américain a très mal pris durant son vol vers Zurich une information sur la publication retardée d'un rapport classifié sur l'ingérence russe. Plus...

Londres s'arme contre la désinformation russe

Ingérence Le Royaume-Uni a annoncé mardi la création d'une nouvelle unité nationale chargée de lutter contre la «désinformation» provenant d'Etats étrangers. Plus...

Ingérence: Twitter a fermé mille nouveaux comptes

Etats-Unis Le réseau social américain a désormais fait disparaître plus de 3800 comptes aux contenus problématiques liés à la Russie autour de la présidentielle américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.