L'industrie du tabac devra payer pour les mégots

BelgiqueBruxelles veut que les producteurs de tabac prennent en charge les frais de collecte des mégots de cigarettes qui polluent sa ville.

Bruxelles sollicite des producteurs de cigarettes la participation à des frais déjà engagés de quelque 200.000 euros.

Bruxelles sollicite des producteurs de cigarettes la participation à des frais déjà engagés de quelque 200.000 euros. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La région de Bruxelles a demandé à l'industrie du tabac de régler les frais liés à la collecte des mégots de cigarettes jetés dans la rue, qui représentent une part croissante des déchets, dans un courrier dont l'AFP a obtenu copie mardi.

La lettre a été adressée lundi à la filiale Benelux du géant américain Philip Morris et à deux fédérations belges de fabricants (Cimabel pour les cigarettes et Fetabel pour le tabac).

Elle sollicite la participation à des frais déjà engagés de quelque 200.000 euros, ainsi que le financement de futures actions «dans une logique de partenariat pérenne».

Selon l'argumentaire de la région, qui évoque «un fléau à éradiquer», quelque 10 millions de mégots sont jetés chaque jour en Belgique dont une bonne part dans la capitale. Et la pratique est épinglée par les services de la propreté comme «une des cinq principales nuisances», avec notamment les déjections, les dépôts clandestins ou les jets de canettes.

«Fléau à éradiquer»

En 2018, une série de projets a été élaborée pour faciliter la collecte de mégots (éteignoirs de rue, cendriers de poche distribués lors de festivals etc.) et cela a «généré un coût de 203.500 euros», précise la secrétaire d'Etat bruxelloise chargée de la Propreté publique, Fadila Laanan, dans le courrier.

«Considérant votre contribution financière en matière de propreté aux côtés des Régions flamande et wallonne, il semblerait opportun de s'inscrire dans une démarche similaire en Région de Bruxelles-Capitale», poursuit-elle.

A Bruxelles les industriels du tabac ont déjà accepté de financer un organisme public chargé de la collecte et du tri des emballages, mais pas encore de contribuer au ramassage des mégots comme ils le font déjà en Flandre (nord) et se sont engagés à le faire en Wallonie (sud).

Or, explique-t-on au cabinet de Mme Laanan, «on retrouve beaucoup moins de paquets de cigarettes dans l'espace public que de mégots». Ceux-ci, en raison de leur petite taille, sont «particulièrement difficiles» à ramasser et «mettent des années à se décomposer», fait-on aussi valoir à la région. (afp/nxp)

Créé: 09.10.2018, 11h47

Articles en relation

Philip Morris tente de se frayer un chemin vers l’OMS

Cigarettes Les cigarettiers veulent que soient reconnues les vertus de l’e-cigarette dans la lutte contre la dépendance au tabac. Plus...

Des fumeurs s'affrontent dans un jeu pas pipé

Bienne (BE) La Suisse possède un championnat pas comme les autres. Celui des fumeurs de pipe. But du jeu, fumer le plus longtemps possible avec trois grammes de tabac. Plus...

Genève, capitale de la lutte contre le tabac

Santé 1500 délégués et experts de la prévention du tabagisme se réunissent sous l’égide de l’OMS. La Suisse se distingue en n’ayant toujours pas signé un texte important. Plus...

La Suisse «mauvaise» dans la lutte anti-tabac

Santé La Confédération est l'une des rares nations qui n'a pas ratifié un arrangement contre la fumée édicté par l'OMS. Plus...

La vente d'e-cigarettes davantage réglementée

Suisse Les acteurs du commerce de tabac et d'e-cigarettes se sont mis d'accord sur un code de conduite qui entrera en vigueur le 1er octobre 2018. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.