Passer au contenu principal

Évasion rock à Bochuz en 1974

À l’époque, le chanteur crée l’événement dans le canton de Vaud en acceptant de se produire dans l’établissement pénitentiaire des plaines de l’Orbe. Souvenirs.

Johnny Hallyday arrive au pénitencier de Bochuz pour un concert le 28 juin 1974. Archive ASL.
Johnny Hallyday arrive au pénitencier de Bochuz pour un concert le 28 juin 1974. Archive ASL.
Archive ASL.
De gauche à droite, le chanteur Johnny Hallyday et le comique Raymond Devos venus spécialement de Paris pour offrir un spectacle aux détenus de Bochuz. C'est en Suisse que Johnny réalise un rêve, chanter pour des prisonniers. La Télévision suisse romande a filmé l'événement.
De gauche à droite, le chanteur Johnny Hallyday et le comique Raymond Devos venus spécialement de Paris pour offrir un spectacle aux détenus de Bochuz. C'est en Suisse que Johnny réalise un rêve, chanter pour des prisonniers. La Télévision suisse romande a filmé l'événement.
Archive ASL.
C'est la première fois que sur le Vieux Continent, une émission de télévision, en l'occurrence de la RTS, est organisée avec les détenus d'un pénitencier.
C'est la première fois que sur le Vieux Continent, une émission de télévision, en l'occurrence de la RTS, est organisée avec les détenus d'un pénitencier.
1 / 6

«Johnny avait voulu offrir une tournée à l’administration pénitentiaire française. Elle a décliné. À Orbe, quand on a entendu Christian Defaye révéler l’affaire sur la TSR, on s’est dit: il nous le faut! On l’a eu le 28 juin 1974, pour un concert et un débat retransmis en direct à la télé», racontait en 2007 à 24 heures Gaston Pittet, ancien directeur de Bochuz. En 1969, Johnny Cash, l’un des modèles du rocker français, avait enregistré un concert mémorable dans la prison de San Quentin, en Californie. Boudé par son pays, Johnny Hallyday se rabattait sur la Suisse, dans un canton de Vaud où il avait déjà donné de multiples concerts à Lausanne, dès 1961 au club Bagatelle puis avec des rendez-vous réguliers au Palais de Beaulieu.

La star de 31 ans, qui débarquait avec son ami l’humoriste Raymond Devos, n’allait pas faire dans la demi-mesure. Interviewé par 24 heures, Johnny promettait «(s) on show habituel». «Avec quelques chansons en plus qui évoquent la prison – Le pénitencier, Noël interdit, La prison des orphelins – des chansons qui m’ont été demandées par les réalisateurs de l’émission TV (ndlr: Christian Defaye réalisait un sujet pour la TSR). Là, je dois dire que je n’ai pas très bien compris: pourquoi parler de prison à des gens qui y vivent déjà tous les jours? N’importe: je leur promets l’un des meilleurs spectacles que j’aie jamais présenté!»

Selon Gaston Pittet, celui qui venait de sortir l’album Je t’aime, je t’aime, je t’aime «a dû avoir la trouille de sa vie en traversant la salle au milieu des 220 prisonniers pour chanter». Pas sûr… Il invoquait surtout des raisons personnelles, s’identifiant volontiers aux prisonniers devant lesquels il allait se produire. «Il y a longtemps que j’y tiens: j’ai passé moi-même une année dans une maison de correction et je sais ce que c’est que d’être enfermé entre quatre murs.» Le chanteur n’avait demandé aucune contrepartie. Pour Gaston Pittet, c’était même le contraire: «Pour venir, il a renoncé à une autre soirée, donc à quelque 15 000 francs. Son cachet à l’époque.»

Au final, tout se déroulait sur du velours et même les choristes de la tournée avaient été acceptées, à condition de ne pas venir… décolletées. «Le spectacle de Johnny dégage une certaine violence. (…) On ne sait jamais comment ça peut finir. Mais les gars, conscients du privilège, se sont bien tenus.»

Article du 28 juin 1974:

Cliquez sur l'image pour agrandir

Article du 30 juin 1974:

Cliquez sur l'image pour agrandir

Article du 2 juillet 1974:

Cliquez sur l'image pour agrandir

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.