Passer au contenu principal

Les joueurs investissent la Tuilière, où on sent naître une effervescence

Le Centre sportif est opérationnel. Les différents clubs ainsi que les équipes du Team Vaud l’apprivoisent. Visite guidée.

L’équipe M16 du Team Vaud s’est tout de suite sentie à l’aise sur le terrain principal du nouveau Centre sportif.
L’équipe M16 du Team Vaud s’est tout de suite sentie à l’aise sur le terrain principal du nouveau Centre sportif.
Patrick Martin

Au nord de Lausanne, la vie liée au football s’est déplacée de quelques kilomètres plus à l’ouest. Bien sûr, la Pontaise reste, jusqu’à l’été 2019, le haut lieu du foot pro avec la présence du Lausanne-Sport. Mais les clubs qui occupaient le plateau des Plaines-du-Loup (Malley, Racing et Concordia notamment) ont investi depuis quelques jours le nouveau centre d’entraînement de la Tuilière, avec ses neuf terrains dans le prolongement d’un bâtiment moderne qui n’abrite pas moins de 42 vestiaires. Cette nouvelle infrastructure – dont le coût avoisine les 55 millions – permet également au Team Vaud de regrouper une partie de ses équipes qui, jusque-là, étaient réparties entre Vidy, Chavannes ou encore la Blécherette. Il s’agit d’une première étape concrète dans le vaste projet Métamorphose. Visite d’un lieu qui accueille chaque fin de journée quelque 600 joueurs pour l’entraînement, alors que 25 matches s’y disputent chaque samedi et chaque dimanche.

Il y a donc d’un côté les chiffres et l’aspect purement pratique d’une infrastructure sportive de cette envergure. Et de l’autre une atmosphère qui sera évidemment créée par ses utilisateurs et spectateurs, lesquels vont progressivement s’approprier les lieux. «Quand ce sera vert et qu’il fera un peu plus chaud, l’endroit sera magnifique», assure Patrice Iseli. Le chef du Service des sports de la Ville découvre le site avec une certaine excitation. Quelques ouvriers sont encore à pied d’œuvre. Mais l’esplanade qui surplombe le terrain principal (doté d’une petite tribune) donne un avant-goût de l’effervescence à venir.

Les M16 du Team Vaud semblent d’ailleurs déjà très à l’aise. Mercredi, ils ont en effet battu Sion 2-0. Ils avaient déjà remporté leurs deux premiers matches disputés à la Tuilière en ce début d’année, face à Bâle puis au Team Argovie. Pour Marc Hottiger, directeur technique du Team Vaud, l’ouverture de La Tuilière représente une aubaine. «Elle n’offre que des avantages. La communication et l’organisation seront facilitées, explique-t-il. Et même à la puissance dix. Les gens vont se croiser, discuter. Il y aura aussi une véritable émulation. Prenez par exemple les gardiens: on pourra les réunir pour des entraînements spécifiques, sans avoir besoin d’être un jour ici et un jour là. Pour ce qui est de l’efficacité, ce sera incomparable. On aura véritablement l’impression de faire partie de quelque chose de spécial.»

Concrètement, s’agissant du Team Vaud, les équipes M15 Lausanne, M16 et M18 – qui toutes disputent un championnat national – sont dès maintenant concernées. Cet été, la nouvelle équipe M17 le sera aussi. Quant aux M21, ils restent pour l’heure du côté de la Pontaise.

Six synthétiques

«Dans l’historique du projet, ce centre est d’abord consacré aux trois principaux clubs qui occupaient le plateau de la Blécherette, précise Patrice Iseli. Ensuite s’est ajouté le Team Vaud, qui représente le haut de la pyramide. Tout cela s’inscrit parfaitement dans la philosophie de formation que nous soutenons.» Sur les neuf terrains créés, six sont des synthétiques et trois sont en gazon naturel. Ces derniers ne seront utilisables qu’à partir de l’été. Une large allée permet de se déplacer tout au long d’un parcours qui s’inscrit en parallèle de la route de Romanel et de l’aérodrome de la Blécherette.

Dans le bâtiment, on trouve toutes les commodités. Des vestiaires bien sûr, des salles de séminaires, des bureaux, des locaux pour le matériel, une buanderie. Ainsi qu’une buvette, pour laquelle il a fallu trouver un système d’exploitation particulier puisqu’elle concerne simultanément plusieurs clubs. Tout ce petit monde se met en marche, trouve ses marques, avec une seule idée en tête, pouvoir jouer au football dans les meilleures conditions. Un privilège sans doute. «Une ambiance va naître, même si ça ne va pas se faire en deux jours, note Marc Hottiger. Et lorsque le stade principal sera achevé, toute cette zone sera vraiment top, sans doute l’une des plus belles de Suisse».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.