Julian Assange arrêté à l'ambassade d'Equateur

Grande-BretagneLe fondateur de WikiLeaks a été arrêté par la police britannique dans l'ambassade à Londres. Il y était réfugié depuis 2012.

Julian Assange, au moment de son arrestation.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis sept ans dans l'ambassade d'Équateur à Londres, a été arrêté, a annoncé jeudi Scotland Yard. Quito a précisé avoir «de manière souveraine» retiré l'asile diplomatique à Julian Assange. Mais il ne sera pas extradé vers un pays où il risque la peine de mort, a précisé le président équatorien Lenin Moreno.

«Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitain (MPS) à l'ambassade d'Équateur», a annoncé Scotland Yard, expliquant que l'arrestation a été menée en vertu d'un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster, pour non présentation au tribunal.

Julian Assange a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera «présenté au tribunal de Westminster dès que possible». Cheveux et barbe blanche, il a été porté hors de la représentation diplomatique équatorienne peu après 9 h par six policiers habillés en civil jusqu'à un fourgon de police, selon une vidéo de son arrestation.

Face à la justice britannique

L'arrestation a été confirmée par le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid. «Près de sept ans après être entré à l'ambassade équatorienne, je peux confirmer que Julian Assange est actuellement en garde à vue et fera face à la justice au Royaume-Uni», a tweeté M. Javid, ajoutant que «personne n'est au-dessus des lois».

L'avocate de la femme qui accuse Julian Assange de viol en Suède en 2010 a indiqué qu'elle allait demander au Parquet la réouverture de l'enquête. «Nous allons tout faire pour que les procureurs rouvrent l'enquête suédoise et qu'Assange soit remis à la Suède et traduit en justice pour viol», a indiqué Elisabeth Massi Fritz.

WikiLeaks a réagi sur Twitter en accusant l'Équateur d'avoir «illégalement mis fin à l'asile politique d'Assange, en violation du droit international», et d'avoir «invité» la police britannique dans l'enceinte de l'ambassade. De son côté, Moscou a rapidement réagi en accusant Londres d'«étrangler la liberté».

Décision «souveraine»

Le président équatorien a défendu sur Twitter le retrait du statut d'asile à Julian Assange, une décisions présentée comme «souveraine» et prise «après ses violations répétées des conventions internationales et des protocoles de la vie quotidienne». Le gouvernement du président Lenin Moreno a récemment dénoncé des atteintes répétées de la part de Julian Assange aux règles régissant ses conditions d'asile dans l'ambassade équatorienne.

Depuis octobre, Quito appliquait au fondateur australien de WikiLeaks un protocole qui régule notamment ses visites et ses communications à l'intérieur de la légation, et prévoyait aussi que son non-respect implique un retrait de l'asile.

Julian Assange s'est réfugié dans l'ambassade en 2012 pour éviter d'être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé. L'Australien de 47 ans, naturalisé équatorien en 2017, était sous le coup d'un mandat d'arrêt britannique pour violation de ses conditions de liberté surveillée. Ses soutiens redoutent avec cette arrestation qu'il soit extradé vers les États-Unis pour la publication en 2010 sur son site de milliers de documents confidentiels du département d'État et du Pentagone.

Julian Assange a fondé en 2006 WikiLeaks, qui s'est fait connaître du grand public trois ans plus tard avec la publication de centaines de milliers de messages de bipeurs envoyés aux Etats-Unis le 11 septembre 2001. L'ONG est ensuite allée crescendo dans ses révélations, publiant la vidéo d'une bavure de l'armée américaine en Irak, puis des milliers de documents militaires sur l'Afghanistan. Au total, le site revendique avoir publié «plus de 10 millions de documents» concernant la finance, le divertissement ou la politique.

(afp/nxp)

Créé: 11.04.2019, 11h43

Les grandes dates de Julian Assange


  • 3 juillet 1971: naissance à Townsville (Australie).


  • Années 90: devient programmeur et développeur de logiciels libres, se découvre un talent de pirate informatique.

  • 2006: crée WikiLeaks, site spécialisé dans la révélation de documents secrets.

  • 2010: A partir de juillet, WikiLeaks publie des secrets militaires et des documents diplomatiques américains. Assange devient un paria aux États-Unis. En novembre, la Suède lance un mandat d'arrêt européen à son encontre dans le cadre d'une enquête pour viol et agression sexuelle présumés de deux Suédoises. Il nie les faits.

  • 2012: pour échapper à une extradition de Grande-Bretagne, il trouve refuge dans l'ambassade d'Equateur à Londres.

  • 2016: WikiLeaks publie 20'000 courriels piratés du parti démocrate, dont certains très préjudiciables à la campagne d'Hillary Clinton.

  • 19 mai 2017: la justice suédoise classe l'affaire de viol présumé.

  • 12 décembre 2017: il est naturalisé équatorien.

  • Octobre 2018: Quito, avec qui les relations se sont tendues, lui impose des règles concernant notamment ses visites et ses communications, leur non-respect impliquant un retrait de l'asile. Le 2 avril 2019, le chef de l'Etat équatorien affirme qu'Assange a «réitéré ses violations» de l'accord.

  • 11 avril 2019: Assange est arrêté dans l'ambassade d'Equateur, après que Quito lui a retiré l'asile diplomatique.

Galerie photo

Le parcours de Julian Assange en images

Le parcours de Julian Assange en images Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, est réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres pour échapper à un mandat d'arrêt suédois.

Articles en relation

WikiLeaks accuse l'Equateur d'épier Assange

Polémique Le site spécialisé dans les révélations reproche à l'ambassade équatorienne à Londres de vouloir monnayer des photos de son fondateur. Plus...

Assange a fait preuve d'«ingratitude»

Equateur Rien ne va plus entre Julian Assange et Quito. Le ministre équatorien des Affaires étrangères a dénoncé l'attitude du fondateur de WikiLeaks. Plus...

Assange: Quito ignore les rumeurs «injurieuses»

Equateur Alors que WikiLeaks a rapporté que Julian Assange serait «expulsé» sous peu, l'Équateur dit ignorer les rumeurs. Plus...

L'Equateur met en garde Julian Assange

WikiLeaks Julian Assange a «réitéré» ses violations de l'accord imposé par l'Equateur, accuse le président Lenin Moreno mardi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.