Pour le LS et le FC Bâle, l’inquiétude paraît sans fin

FootballLes deux pires équipes 2018 de Super League s’affrontent mercredi (18 h 45) à la Pontaise. Malheur au vaincu.

Raphaël Wicky s’interroge. Son collègue Fabio Celestini aussi.

Raphaël Wicky s’interroge. Son collègue Fabio Celestini aussi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux équipes en manque total de résultats, ça nous donne quel genre de match? La question est d’une actualité brûlante au moment où Lausanne reçoit Bâle, mercredi à 18 h 45, en séance de rattrapage. Le constat chiffré est très clair: en 2018, personne n’a fait moins bien que ces deux-là. Trois points seulement pour le glorieux FCB, un seul pour ce LS poussif. Et donc des soucis à la pelle pour les deux formations.

Désormais largement distancés par les Young Boys, les multiples champions de Suisse risquent fort de terminer l’exercice 2017-2018 sans le moindre titre, une première depuis 2009. Quant aux Vaudois, qui possédaient huit points de bonus sur le dernier classé au moment de la pause d’hiver, ils ont laissé tout le monde revenir, s’offrant pour leur part une inquiétante séance de surplace. En un mois, ceux qui pouvaient nourrir quelque crainte par rapport à la seconde moitié de tableau se sont réveillés. Grasshopper a pris 6 points, Lugano 9, Lucerne 14 et Sion 7. Seul le FC Thoune (3) entretient la même «dynamique» que le LS (1). Et cette explication entre mal lotis aura lieu dès dimanche dans l’Oberland bernois.

«Après un tel match, pas question d’évoquer la course pour le titre. Le problème, ce n’est pas YB. Le problème c’est nous.» Autrement dit: «Wir sind das Problem», comme il l’a exprimé en allemand. Après la défaite concédée dimanche à Lucerne, Raphaël Wicky ne voulait penser qu’à son équipe. Son collègue Fabio Celestini en faisait de même après la gifle reçue face à Saint-Gall. Même si les deux clubs n’ont pas grand-chose en commun, les deux entraîneurs romands partagent présentement des soucis similaires. Aux mêmes maux les mêmes effets. Les illusions s’envolent et l’inquiétude paraît sans fin.

«Après un tel match, pas question d’évoquer la course pour le titre. Le problème, ce n’est pas YB. Le problème c’est nous»

Au FCB, les derniers transferts – notamment celui du défenseur Akanji à Dortmund – ont ramené pas mal d’argent dans les caisses mais ils ont fragilisé la maison rhénane. L’engagement de dernière minute de Lacroix, et surtout les retours de Frei et de Stocker, deux joueurs formés à Bâle, partis sans s’imposer en Bundesliga, puis revenus par la grâce d’un directeur sportif (Marco Streller) aujourd’hui montré du doigt, n’ont apporté aucune solution satisfaisante. Beaucoup de nervosité et très peu d’idées, le jeu bâlois fait décidément peine à voir.

Le FC Bâle ne sait plus marquer. Sur les quatre matches de Super League disputés en 2018, il est resté muet à trois reprises. Les fantômes de Delgado, Janko et Doumbia (43 buts à eux trois la saison dernière) rôdent sur le Parc Saint-Jacques. Van Wolfswinkel est transparent, Ajeti trop limité et Oberlin manque souvent de profondeur derrière les défenses de notre championnat pour faire valoir sa vélocité.

Qui sont les patrons?

Titularisé pour la première fois dimanche en ligne médiane, Campo en a fait l’amère expérience. Même s’il a multiplié les efforts, cherché sans relâche des solutions, l’ancien Lausannois n’a pas trouvé la moindre ouverture. Qui sont les vrais patrons de cette équipe bâloise? Avec le brassard de capitaine, Suchy a perdu ses nerfs et s’est fait expulser en fin de match. Qui d’autre?

L’interrogation est aussi valable pour le LS. Qui donne le ton, qui propose et qui réussit quelque chose? La réponse est hélas bien plus succincte que l’énoncé. À l’heure où les joueurs souhaitent une remise en question de chacun – un grand classique des temps difficiles –, personne ne doit se cacher. Même s’il n’est jamais simple de faire preuve d’initiative en temps de crise. (nxp)

Créé: 13.03.2018, 19h51

L'avant-match

Les infos
Stabilité du côté des absents lausannois, avec Zarate, Manière et Dominguez (blessés). Quant au FC Bâle, il devra se passer de deux de ses défenseurs centraux puisque Suchy (suspendu) vient de rejoindre Balanta (blessé) au nombre des indisponibles. Par ailleurs, le Lausanne-Sport annonce l’engagement de Vincent Steinmann – qui est aussi l’actuel président de la Confrérie du LS – au poste de directeur commercial et marketing du club.

Le baromètre
Les absents ont-ils toujours tort? Suspendu face à GC, puis remplaçant face à Saint-Gall, Elton Monteiro fera-t-il son retour dans le onze de départ? Sa vitesse ferait sans doute du bien à un compartiment défensif en souffrance. Reste à savoir si le coach à l’intention de repartir avec une défense à quatre.

L'adversaire
Les performances contrastées de l’attaquant norvégien donnent une idée de l’instabilité chronique de ce FCB. La comparaison entre ce qu’on a vu en Ligue des champions et ce qui est proposé en Super League est d’ailleurs assez édifiante. Elyounoussi avait marqué lors du dernier LS - Bâle (1-4 le 2 décembre).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...