Passer au contenu principal

Macron place l'égalité des sexes sur l'agenda du G7

Le président français veut lancer un partenariat entre les pays du G7 et certains partenaires afin de lutter contre les discriminations basées sur le genre.

Vidéo: l’histoire du sommet du G7

Emmanuel Macron a annoncé vendredi lancer «un partenariat de Biarritz», dans le cadre du G7. Les pays membres pourront «s'engager à éliminer les discriminations» entre les femmes et les hommes, et «se battre pour de nouveaux droits et de meilleures pratiques».

«De nouveaux droits et de meilleures pratiques»

Le chef de l'État s'est exprimé à l'Élysée dans le cadre d'une journée «de dialogue» avec des acteurs de la société civile. La journée a débuté par une rencontre avec les représentants du Conseil consultatif du G7 pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

«Nous allons aboutir à ce partenariat de Biarritz que nous allons lancer. Les pays du G7 et certains partenaires, des pays africains et des démocraties de bonne volonté, pourront s'engager à éliminer les discriminations qui existent encore, prendre des nouvelles lois, se battre pour de nouveaux droits et de meilleures pratiques», a indiqué le président de la République.

Emmanuel Macron a encore indiqué que le gouvernement français allait s'engager «dans les prochains mois à prendre des mesures pour le renforcement de l'autonomie économique des femmes».

Deux prix Nobels de la paix

«Il y a certains sujets sur lesquels la France est en dessous de certains standards, des sujets sur lesquels on doit s'améliorer: je m'engage à ce qu'on puisse prendre des dispositions législatives», a poursuivi M. Macron.

Le Conseil consultatif du G7 pour l'égalité entre les femmes et les hommes est présidé par les deux prix Nobel de la paix 2018, Nadia Murad, jeune Irakienne de la minorité yézidie, et Denis Mukwege, gynécologue de la République démocratique du Congo.

Avant de partir à Biarritz pour le G7, Emmanuel Macron devait rencontrer des ONG pour évoquer des sujets relatifs aux droits de l'Homme, à la démocratie et à la protection de l'environnement. Une trentaine d'ONG, réunies au sein du Réseau action climat (RAC), ont décidé jeudi de boycotter le G7 en regrettant d'être laissées «à l'écart» du sommet.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.