Après l'Irak, Mike Pompeo arrive en Egypte

Moyen-OrientLe secrétaire d'Etat américain a rencontré le président du parlement, Mohammed al-Halboussi, ainsi que d'autres responsables irakiens.

Mike Pompeo.

Mike Pompeo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo est arrivé mercredi soir au Caire après un arrêt en Irak pour rassurer les responsables locaux sur le soutien de Washington et sur le sort des milices kurdes après le retrait américain de Syrie.

Plus tôt dans la journée, il avait atterri à Bagdad pour une visite surprise, avant de se rendre à Erbil, au Kurdistan irakien.

Depuis que le président Donald Trump a annoncé, à la surprise générale, le retrait de quelque 2000 soldats américains de Syrie, les interrogations se multiplient sur le sort des Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde syrienne et fer de lance du combat contre le groupe djihadiste, Etat islamique (EI).

Ankara, qui considère les YPG comme une organisation «terroriste», menace de les attaquer. Il est «important de faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer que ces gens qui ont combattu avec nous soient en sécurité», a déclaré M. Pompéo.

S'exprimant depuis Erbil, il a encore assuré que le président turc Recep Tayyip «Erdogan a pris des engagements, il comprend (...) que nous voulons en être sûrs». «Nous allons faire de vrais progrès dans les jours à venir», a-t-il ajouté, alors que mardi Ankara a catégoriquement démenti s'être engagé auprès de Donald Trump à garantir la sécurité des YPG.

Il y a deux semaines, M. Trump avait suscité les critiques en Irak en rendant visite à des soldats américains stationnés dans le pays, sans rencontrer aucun dirigeant irakien. M. Pompeo, lui, a été reçu par les dirigeants kurdes à Erbil et des autorités fédérales à Bagdad.

Soutien américain

Il leur a promis «le soutien des Etats-Unis (...) pour assurer la stabilité et la sécurité». Et il a plaidé pour «la poursuite de la coopération» entre armées «pour s'assurer que la défaite du groupe Etat islamique soit durable».

«L'EI est défait militairement mais la mission n'est pas accomplie», a renchéri le président irakien Barham Saleh, estimant avoir «besoin du soutien américain». Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton, en visite mardi en Turquie, avait affirmé que les Etats-Unis allaient s'assurer que l'EI avait vraiment été vaincu avant un départ de Syrie.

Mike Pompeo s'est refusé à évoquer un calendrier, alors que l'administration américaine s'emploie à rassurer ses partenaires régionaux et occidentaux, déjà ébranlés par la stratégie parfois illisible du président américain au Moyen-Orient.

La question de la présence de l'EI en Syrie, qui partage avec l'Irak plus de 600 km de frontières, désertiques et propices à l'installation de cellules djihadistes clandestines, est majeure pour Bagdad.

Même s'il a annoncé en décembre 2017 la fin de trois années de guerre contre l'EI, des djihadistes continuent de mener des attaques. Mardi, deux personnes ont ainsi été tuées par une voiture piégée au nord de Bagdad.

Fin décembre, M. Trump avait bien assuré que, s'il retirait les troupes américaines de Syrie, il ne prévoyait «pas du tout» de retirer celles d'Irak, qui pourrait servir de «base» pour éventuellement «intervenir en Syrie».

Mais cette présence même fait débat dans le pays, pris en étau entre ses deux grands alliés eux-mêmes ennemis, l'Iran et les Etats-Unis. Ainsi, le bloc pro-Iran qui gagne en puissance militaire et surtout politique en Irak avait de nouveau poussé pour un calendrier de retrait des forces américaines au lendemain de la visite de M. Trump.

«Pression sur l'Iran»

L'Irak occupe une place centrale dans un Moyen-Orient en recomposition, où, selon les experts, l'Iran commence à voir se réaliser un scénario souvent évoqué: un corridor terrestre qui lui permettrait d'atteindre la Méditerranée à travers l'Irak, la Syrie et le Liban.

Au coeur de cet axe qui pourrait servir au transit de biens et de personnes, l'Irak joue désormais les intercesseurs auprès de Damas.

Selon un haut responsable irakien, Bagdad --en plus de se ménager le terrain pour investir dans la reconstruction de la Syrie-- joue les médiateurs pour le rétablissement des liens entre Damas et le Qatar, où MM. Saleh et Hakim se sont rendus en soirée.

Mais alors que la priorité numéro un de Washington dans la région est de contrecarrer l'influence de l'Iran que les Américains jugent «déstabilisatrice», Bagdad cherche à défendre ses bonnes relations avec son voisin iranien.

L'Irak a déjà obtenu des exemptions face aux nouvelles sanctions américaines en s'engageant à réduire sa dépendance énergétique à l'Iran.

Bagdad entend obtenir leur prolongation même si M. Pompeo a promis mardi de «redoubler» «les efforts diplomatiques et commerciaux pour mettre vraiment la pression sur l'Iran». A Bagdad, il a répété «l'importance d'avancer vers l'indépendance énergétique de l'Irak».

Après l'Egypte, M. Pompeo doit se rendre à Bahreïn, aux Emirats arabes unis, au Qatar, en Arabie saoudite, à Oman et au Koweït. (ats/nxp)

Créé: 09.01.2019, 21h37

Galerie photo

En images, la bataille de Mossoul, en Irak

En images, la bataille de Mossoul, en Irak L'opération pour reprendre au groupe Etat islamique la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, a commencé le 17 octobre 2016.

Articles en relation

L'Irak a condamné plus de 600 étrangers en 2018

Moyen-Orient La plupart des femmes condamnées par la justice irakienne sont Turques ou originaires des anciennes républiques de l'Union soviétique. Plus...

L'Irak pourrait être plus actif en Syrie

Retrait américain L'Irak pourrait jouer un rôle accru en Syrie après le retrait des soldats américains promis par Donald Trump. Plus...

Départ des enfants russes détenus avec leurs mères

Irak Des enfant russes emprisonnés en Irak avec leurs parents, qui ont fait allégeance à l'Etat islamique, vont pouvoir rentrer au bercail. Plus...

Trump aurait révélé l'identité de Navy Seals

Irak Le président américain aurait commis une bourde lors de sa visite surprise à Bagdad, en dévoilant l'identité de membres d'une unité d'élite. Plus...

Visite surprise de Trump auprès de ses troupes

Irak Le couple présidentiel a atterri mercredi à Bagdad pour soutenir ses soldats et leur souhaiter de bonnes fêtes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.