Une nouvelle expertise médicale de Tariq Ramadan

France Une nouvelle expertise médicale de l'islamologue suisse, mis en examen pour viols, a été ordonnée. But: vérifier la compatibilité de son état de santé avec sa détention.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une nouvelle expertise médicale de l'islamologue suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, a été ordonnée mercredi par le juge d'instruction chargé de l'enquête pour vérifier la compatibilité de son état de santé avec sa détention, a appris l'AFP de source proche du l'enquête.

Les conclusions de cette expertise sont attendues pour avant fin mars, selon cette source.

Hospitalisé mardi soir

Hospitalisé pendant quatre jours mi-février, cet intellectuel musulman controversé a de nouveau été admis à l'hôpital mardi soir, a déclaré une source proche du dossier.

Tariq Ramadan a été mis en examen le 2 février pour viols, dont l'un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre qui ont débouché sur une information judiciaire. L'intéressé conteste ces accusations.

La justice avait décidé le placement en détention provisoire du théologien, craignant une fuite à l'étranger ou d'éventuelles pressions sur les plaignantes ou d'autres femmes ayant témoigné sous X - un dispositif destiné à protéger le témoin - au cours de l'enquête préliminaire.

Sclérose en plaques ?

Une première expertise avait été réalisée dans l'urgence mi-février par un autre expert à la demande de la cour d'appel de Paris afin qu'elle puisse statuer sur le recours du théologien musulman contre son placement en détention provisoire.

La première expertise avait conclu que la santé de l'islamologue de 55 ans, incarcéré depuis le 2 février, n'était pas contraire à son maintien sous écrou. Elle avait aussi remis en question les deux maladies, une sclérose en plaques et une neuropathie, dont il dit souffrir, jugeant leur diagnostic «incertain».

Les deux pathologies dont il dit souffrir «ne peuvent être considérées comme certaines au jour de la présente expertise, au vu des documents présentés, des dires de Monsieur Tariq Ramadan et des constatations de l'examen clinique», selon l'expertise révélée par l'AFP.

Le médecin soulignait néanmoins «la nécessité d'un bilan neurologique complet et sérieux qui n'a pas été fait depuis les années que semblent durer les troubles allégués». L'expert judiciaire estimait aussi que les pathologies évoquées par l'islamologue ne pouvaient s'aggraver brutalement et ne pouvaient «pas engager à court ou plus long terme le pronostic vital».

Les avocats de M. Ramadan, qui ont déposé un pourvoi en cassation contre la décision de la chambre de l'instruction, avaient dénoncé une expertise effectuée sommairement, sans que l'expert ait eu accès au dossier médical complet de leur client. (afp/nxp)

Créé: 01.03.2018, 11h25

Articles en relation

L’offensive pro-Ramadan mobilise la sécurité intérieure

France L’incarcération prolongée de l’intellectuel suisse nourrit le sentiment d’injustice des banlieues. Le renseignement veille et s’inquiète. Plus...

Hani Ramadan défend son frère Tariq

Conférence Le directeur du centre islamique dénonce «l’emprisonnement injuste» de son frère. Plus...

Mobilisation autour du sort de Tariq Ramadan

France Les voix qui s'élèvent contre la détention de l'islamologue genevois se multiplient et se diversifient. Plus...

Détenu, Tariq Ramadan a été hospitalisé

France L'islamologue genevois, détenu en région parisienne, a été hospitalisé vendredi soir. Son état de santé se serait détérioré, selon ses proches. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.