Passer au contenu principal

Un petit vent de panique souffle sur Saint-Gall

Le club de Suisse orientale – qui jouera dimanche à Lausanne – change d’entraîneur. Giorgio Contini remplace Joe Zinnbauer

Giorgio Contini a pour première mission d’éviter la même issue qu’en 2011, la relégation.
Giorgio Contini a pour première mission d’éviter la même issue qu’en 2011, la relégation.
Keystone

Un petit vent de panique souffle sur le FC Saint-Gall. Après sept matches sans victoire, et surtout cinq défaites consécutives, les «Brodeurs» sentent se préciser la menace d’une relégation. En Suisse orientale, les supporters évoquent avec toujours plus d’insistance le syndrome du FCZ. Au printemps 2016, des Zurichois incrédules s’étaient laissé aspirer vers le bas, jusqu’à la culbute. Pour tenter d’éviter pareil scénario, les dirigeants saint-gallois ont pris jeudi la décision de changer d’entraîneur. Contesté depuis plusieurs mois, Joe Zinnbauer (et son assistant, Daniel Tarone) cède donc sa place à Giorgio Contini, lui-même remercié par… Vaduz il y a deux mois.

«Je veux ramener la joie et le plaisir de jouer, assure Giorgio Contini. Et nous devons bien sûr rapidement aller chercher des points». Ancien attaquant de Saint-Gall (1996 à 2001), mais aussi du LS (2002-2003), le Zurichois (43 ans) était arrivé à Vaduz durant l'hiver 2012/13. Il avait obtenu la promotion en Super League avec l’équipe de la Principauté. Mais comment un technicien qui n’est plus assez bon pour éviter la relégation avec une équipe pourra-t-il mener à bien cette mission avec une autre, quelques semaines plus tard? Une question qui intéressera sans doute ceux qui tentent de percer les mystères de la psychologie du sport… Dans la matinée, une rumeur annonçait plutôt le nom de Pierluigi Tami pour succéder à Zinnbauer.

Arrivé à Saint-Gall en septembre 2015, pour prendre le relais de Jeff Saibene, l’Allemand (sous contrat jusqu’en juin 2018) a séduit… en théorie seulement. Sur la pelouse, son équipe n’a jamais convaincu. Des 63 matches de championnat sous sa conduite, les Saint-Gallois n’en ont d’ailleurs gagné que 19. Le week-end passé, les «Brodeurs» se sont inclinés 2-0 devant les Young Boys. La défaite de trop pour les dirigeants et des sponsors de plus en plus courroucés.

Toko suspendu

Leur différence de buts sur cette série de cinq revers donne une bonne indication des doutes qui assaillent présentement l’équipe: 2 buts marqués pour 12 reçus. Face à YB, Zinnbauer avait modifié six positions dans son onze de départ, laissant son gardien Lopar et l’emblématique Barnetta sur le banc. Saint-Gall a bien joué durant une heure, se ménageant quelques occasions. Mais après l’expulsion du capitaine Toko, le visiteur a pris l’ascendant et trouvé l’ouverture.

Début avril, l’annonce surprise du départ de Dölf Früh (raisons de santé) n’a bien sûr pas contribué à stabiliser le club. En 2010, le riche homme d’affaires avait directement participé, avec plusieurs investisseurs privés, au sauvetage d’un FC Saint-Gall au bord de la rupture. Plusieurs millions de francs avaient été injectés. Früh avait ensuite pris la présidence.

Le club a annoncé qu’un nouvel homme fort serait désigné en mai. Mais la recherche semble compliquée, dans un contexte économique difficile. La saison passée, les Saint-Gallois avaient également souffert au printemps. A la mi-mai, ils avaient remporté un match décisif face au FC Zurich, futur relégué.

Giorgio Contini a donné son premier entraînement jeudi après-midi. Et jouera dimanche à la Pontaise, pour trois points qui intéressent vivement les deux équipes. Une semaine plus tard, Saint-Gall accueillera Vaduz, alors que Lausanne se rendra à Zurich (Grasshopper). On devrait donc y voir plus clair, en fin de classement, au soir du 14 mai.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.