Petits coups de couteau dans un climat serein

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A première vue, rien n’a changé. La répartition des tâches au Conseil d’Etat fait penser au premier tour des cantonales: peu de suspense, pas de surprise. Cesla Amarelle reprend l’école et tout le monde garde son maroquin. Après une législature de bonne entente gauche-droite et un travail d’équipe approuvé dans les urnes, le gouvernement réchauffe sa recette gagnante pour les cinq prochaines années. En route pour «le compromis dynamique 2.0».

A lire: Surtout ne rien changer, ou presque

Cette harmonie de façade cache cependant des changements intérieurs, pas si anodins. Pierre-Yves Maillard, qui règne déjà sur un département éléphantesque, le fait grandir encore. Il pilotera en personne son plan consistant à remettre sur les rails les personnes assistées avec des équipes mixtes de conseillers en travail et d’assistants sociaux. Elles œuvreront dans des services qui dépendent du PLR Philippe Leuba. Il faut y voir une volonté d’action mordicus de la gauche, qui a maintes fois reproché à la droite son attentisme sur ce dossier. En contrepartie, Philippe Leuba se voit gratifier de la politique «stratégique» de l’innovation, qui serait une autre façon de soutenir l’emploi dans le Canton.

Les ministres se déclarent officiellement satisfaits de la répartition et celle-ci se serait déroulée dans un «climat serein». Sauf que Pascal Broulis dissimulait mal son appétit pour la culture: son parti déplorait jeudi qu’elle reste attachée au Département de la formation (DFJC), en mains socialistes. D’ailleurs, le PLR estime que Nuria Gorrite, arrivée cinquième aux élections, n’aurait pas dû hériter non plus de la présidence, «alors que les trois élus PLR ont fait de meilleurs suffrages» aux élections. Et de déplorer que 85% du budget de l’Etat soit aux mains de la gauche. Celle-ci rétorque que cette répartition des effectifs remonte aux années 2000 et qu’elle avait été décidée sous une majorité de droite. Ambiance…

Le climat officiellement «serein» de cette répartition ne dissimule ni les bras de fer ni certaines frustrations. Avec une gauche qui se taille la part du lion au gouvernement, une droite qui s’est renforcée au Grand Conseil, une UDC qui promet de souffler sur les braises, le compromis dynamique pourrait bien être un peu plus chahuté ces prochains mois. (24 heures)

Créé: 15.06.2017, 22h51

*Patrick Chuard, Politique vaudoise

Articles en relation

Surtout ne rien changer, ou presque

Conseil d’Etat La nouvelle venue, Cesla Amarelle, hérite de l’Ecole, comme prévu. Les six ministres sortants gardent les mêmes portefeuilles pour les cinq ans à venir. Plus...

Nuria Gorrite est la nouvelle présidente du Conseil d'Etat vaudois

Conseil d'Etat Pierre-Yves Maillard passe le flambeau de la présidence à sa collègue. La nouvelle venue Cesla Amarelle reprend l'école et les autres ministres gardent leur département. Plus...

Cesla Amarelle à la tête de l'Ecole vaudoise

Conseil d'Etat La nouvelle élue au Gouvernement succédera à Anne-Catherine Lyon dès le 1er juillet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.