Pierre Maudet: «Je vais à Berne pour parler des sujets de fond»

Candidature Le conseiller d’Etat annonce ce vendredi qu’il se présentera au Conseil fédéral.

Pierre Maudet pose ce vendredi matin juste avant le départ de son train pour Locarno.

Pierre Maudet pose ce vendredi matin juste avant le départ de son train pour Locarno. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La succession de Didier Burkhalter se jouera entre Latins. Le Tessin a décidé de soutenir en bloc une candidature unique, celle d'Ignazio Cassis, désigné grand favori. Dans le canton de Vaud et à Fribourg, plusieurs candidatures se profilent. Et maintenant Genève. Le conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet met fin à un long suspense. Oui, le Genevois est candidat. «Une élection au Conseil fédéral doit porter sur des idées. Ce doit être une élection, pas une cooptation. La position d’outsider ne m’est pas inconnue», assure-t-il. Interview sur le chemin de Locarno.


Edito: «Vaud doit passer la vitesse supérieure»


Pierre Maudet, pourquoi voulez-vous vous présenter au Conseil fédéral?

La décision n’a pas été facile, car elle a un impact sur ma famille et ouvre une période de forte exposition médiatique. Par ailleurs, je ne peux pas mettre mon activité de magistrat cantonal en veilleuse. Evidemment, je m’interroge aussi sur mes capacités, les risques, puisque, comme me le dit ma femme, parfois quand on se présente, on risque d’être élu! Tout cela n’est pas sans me rappeler le moment où je me suis lancé au Conseil d’Etat en 2012. Ces questions personnelles, mises à part, j’ai eu des discussions avec mon parti bien sûr, mais aussi avec mes collègues du gouvernement. Les signaux sont au vert: finalement, le moment tombe assez bien: nous sommes en fin de législature cantonale et j’ai réalisé l’essentiel de mes objectifs de législature. Enfin et surtout, je suis surpris par la tournure calculatrice du débat. Le PLR justement dans ma vision est un parti qui doit élargir le champ démocratique en proposant des profils variés et des contenus différents!

Mais il y a des critères. Géographiques, ou de représentation féminine par exemple. Bref, vous n’êtes ni tessinois, ni du bon sexe.

Je suis un peu surpris par la tactique du PLR tessinois qui met tous ses œufs dans un seul panier en désignant un candidat unique. Il est effectivement légitime que le Tessin aspire à avoir un siège au Conseil fédéral, comme Genève, qui est le dernier canton romand contributeur à la péréquation intercantonale. Il s’illustre par sa grande vitalité économique. L’équilibre des sexes est une préoccupation parfaitement légitime aussi. On pourrait aussi soutenir qu’il est légitime que les jeunes, mettons les moins de 40 ans, qui représentent près de la moitié de la population, aient un élu au gouvernement. Je précise toutefois que quand on siège dans un gouvernement, on doit vite dépasser l’approche sectorielle, régionale ou partisane pour forger des compromis. En résumé, c’est vrai que je ne pars pas favori, la période qui s’ouvre sera dure, les attaques seront sèches, mais je m’en voudrais de renoncer pour cela.

Quelles idées voulez-vous porter au Conseil fédéral?

J’en parlerai de manière détaillée aux membres de mon parti la semaine prochaine et je les rendrai publiques dans la foulée. Mais elles portent sur nos relations avec l’Union européenne, le partenariat social, les relations avec les entreprises, la centralisation croissante du pays. Il faut parler des vrais défis qui nous attendent. 80% des emplois à l’horizon 2030, n’existent pas aujourd’hui.

Europhile, régularisateur de sans-papiers, du partenariat social, vous pensez vraiment que cette ligne peut séduire à Berne?

Je suis bien conscient d’être un peu atypique dans le paysage fédéral. Mais mon parcours est tourné vers la Suisse, ce qui est atypique pour un Genevois: officier, études à Fribourg, Commission fédérale de la jeunesse. J’ai une expérience de dix ans dans un Exécutif. Je m’y suis montré pragmatique et mes réalisations le démontrent. Je ne renie rien du tout. Par exemple, la régularisation de certains sans-papiers, c’est aussi une manière de lutter contre le travail au noir et de rétablir une concurrence loyale entre les entreprises. Un objectif parfaitement libéral, au sens le plus noble du terme. Le corollaire de cette action, c’est aussi le triplement des renvois et le renforcement de la sécurité.

On vous reproche aussi d’être double national.

J’assume. Comme d’ailleurs d’être Genevois et à droite. Ma mère est Grisonne, ma grand-mère tessinoise, ma femme valaisanne. Tout mon parcours s’est fait en Suisse. Que dire de plus?

Certains prétendent que vous êtes finalement peu connu à Berne…

Je suis moins connu des parlementaires, car mes interlocuteurs les plus courants sont les représentants des gouvernements cantonaux et les hauts fonctionnaires des départements. Mon lobby si vous voulez, c’est celui des cantons.

Le PLR devrait-il présenter trois candidats à l’Assemblée fédérale ou deux?

Comme vous le savez, je ne suis pas membre de l’Assemblée, alors je serai bien en peine d’avoir un avis sur ces questions tactiques. De plus, ce n’est pas mon rôle en tant que candidat.

En cas d’échec à Berne, vous serez candidat au Conseil d’Etat. Un candidat plombé?

J’espère d’abord que les Genevois comprendront et soutiendront ma démarche. Et qu’en cas d’échec, ils ne m’en tiendront pas rigueur.

Vous ne craignez pas de faire affaiblir le PLR local par votre éventuel départ?

Non. Le PLR va bien. Les résultats électoraux en Suisse romande sont bons, meilleurs qu’en Suisse alémanique. Bien sûr, il faudrait revoir notre campagne et rouvrir des postulations, mais rien de très problématique.

Finalement cette candidature au Conseil fédéral, vous y pensiez depuis tout petit, non?

Je suis entré en politique pour promouvoir le skateboard quand j’avais 14 ans pas pour entrer au Conseil fédéral. Mais la nature des choses, c’est aussi de se projeter dans l’avenir et dans l’échelon supérieur, pas vrai?

Créé: 04.08.2017, 23h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.