Passer au contenu principal

La plate-forme au large de Pully passe au vert

Le projet de l’EPFL peut aller de l’avant. La Cour de droit administratif et public a rejeté le recours des opposants.

LéXPLORE, c’est son nom, est un projet concocté par le Centre de limnologie de l’EPFL et de l’Institut F.A. Forel de l’Université de Genève. Il s’agit d’ancrer une plate-forme pendant dix ans à 570 mètres au large du débarcadère du port de Pully afin d’analyser les eaux du Léman en continu et en temps réel. L’objectif est de mieux comprendre la dynamique des populations planctoniques, de détecter de nouvelles espèces invasives et de mieux modéliser l’adaptation aux changements climatiques de l’écosystème. La plate-forme, d’une surface de 100 m2, sera surmontée d’une cabine de 25 m2 et d’une hauteur de 4 mètres. Pour empêcher toute approche, elle sera entourée de huit bouées arrimées à des corps-morts positionnés à 100 mètres. On l’équipera également d’un système de répulsion des oiseaux et d’un dispositif permettant d’éviter, au moyen de 55 balises, que les filets dérivant des pêcheurs ne viennent s’emmêler dans ses ancres. Le coût de l’installation – environ 500'000 fr. – doit être financé par l’EPFL, l’Université de Genève, le Fonds national de la recherche scientifique et des sponsors privés («24 heures» du 31 mai 2016).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.