«Points communs» après une réunion à trois

GenèveLa Russie, l'Iran et la Turquie, ainsi que l'ONU se sont rencontrés pour discuter de l'avenir de la Syrie, mardi, à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

ONU et pays de la déclaration de Sotchi sur la Syrie (Russie, Iran et Turquie) ont dégagé à Genève des «points communs» vers un Comité constitutionnel. Après leur réunion mardi, ces Etats doivent retrouver l'émissaire Staffan de Mistura dans les prochaines semaines.

Dans une déclaration, celui-ci s'est réjoui d'un dialogue «constructif» et «substantiel» vers ce Comité constitutionnel, souhaité par ces Etats. Arrivées lundi, les délégations ont chacune mené des discussions bilatérales avec Staffan de Mistura, avant une réunion conjointe mardi en début d'après-midi.

«Un travail sérieux est en cours»

La Russie était emmenée par l'émissaire du président Vladimir Poutine sur la Syrie, Alexandre Lavrentiev, et le vice-ministre des affaires étrangères Sergueï Vershinine. La Turquie était représentée par le sous-secrétaire adjoint Sedat Olan et l'Iran par un conseiller du ministre des affaires étrangères, Hossein Jaberi Ansari.

Staffan de Mistura s'est aussi réjoui de la réaffirmation du soutien des trois pays du rôle de l'ONU dans la facilitation de ce Comité constitutionnel. Début juin, le gouvernement syrien a fait suivre à l'émissaire une liste de 50 noms pour cette instance. «Un travail sérieux est en cours» du côté de l'opposition mais des avancées sont encore requises, avait dit la semaine dernière Staffan de Mistura.

Réunion avec plusieurs autres pays attendue

L'émissaire de l'ONU veut aussi réunir lundi prochain un groupe de six pays influents, «le petit groupe américain sur la Syrie» (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Jordanie et Arabie saoudite) et l'Allemagne. Les consultations se poursuivront également avec le gouvernement et l'opposition syriens et d'autres pays.

«Je n'attends pas de percée importante mais je suis confiant sur le fait que des avancées sont possibles», avait estimé la semaine dernière Staffan de Mistura. Priorité actuelle, un Comité constitutionnel serait «le bloc clé pour aboutir à une revitalisation du processus politique» qui n'a plus donné lieu depuis des mois à des pourparlers indirects.

Il devra être «détenu par les Syriens, mené par les Syriens et facilité par l'ONU», avait aussi dit Staffan de Mistura. Il souhaite au moins 30% de femmes et la participation de spécialistes indépendants et de la société civile. En plus de sept ans, le conflit a fait plus de 350'000 victimes. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2018, 16h08

Articles en relation

Frappes en Syrie: Washington pointe Israël

Syrie Washington pense que c'est en fait Israël qui a frappé dimanche soir une force irakienne à Al-Hari, dans l'est de la Syrie. Plus...

Les USA accusés de bombardements en Syrie

Proche-Orient Selon la Syrie, les USA auraient bombardé des positions de l'armée syrienne. Une attaque démentie par les Américains. Plus...

Assad apparaît pour la fin du ramadan

Syrie Le président syrien s'est rendu vendredi à Tartous, dans l'ouest du pays, pour assister à la prière de l'Aïd al-Fitr. Plus...

L'ONU va mener de nouvelles consultations

Syrie La Russie, l'Iran et la Turquie évoqueront lundi et mardi à Genève la création d'un comité constitutionnel dans le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.