Passer au contenu principal

SoudanLe premier gouvernement post-Béchir prête serment

Le nouveau gouvernement soudanais, formé de 18 ministres, a prêté serment. Il s'agit d'une étape majeure dans le processus de transition démocratique.

Le gouvernement devra relever de nombreux défis, notamment relancer une économie moribonde.
Le gouvernement devra relever de nombreux défis, notamment relancer une économie moribonde.
AFP

Le premier gouvernement au Soudan depuis la chute en avril du président Omar el-Béchir a prêté serment dimanche. C'est une étape majeure du processus de transition vers un pouvoir civil après trois décennies de régime autoritaire.

Les 18 ministres, dont quatre femmes, du gouvernement du premier ministre Abdallah Hamdok, un économiste chevronné, ont prêté serment dans le palais présidentiel dans la capitale Khartoum, selon un correspondant de l'AFP sur place. Ce nouveau gouvernement doit diriger le pays durant une période de transition de 39 mois.

La cérémonie s'est déroulée en présence des membres du Conseil souverain, dont son chef, le général Abdel Fattah al-Burhane. Le Soudan s'est doté en août de ce Conseil souverain, une instance à majorité civile, devant superviser la transition, aux termes d'un accord entre le Conseil militaire de transition, qui avait succédé à M. Béchir, et les meneurs de la contestation.

Le gouvernement de M. Hamdok, qui compte la première femme ministre des Affaires étrangères du Soudan, devra relever de nombreux défis, notamment relancer une économie moribonde et mettre fin à des conflits entre le pouvoir et des groupes rebelles dans les régions du Darfour, du Nil Bleu et du Kordofan-Sud. L'accord signé le 17 août par les militaires et la contestation comprend la nécessité de signer des accords de paix avec ces groupes armés.

Les problèmes économiques ont été la principale cause des manifestations déclenchées en décembre 2018 après le triplement du prix du pain. Elles s'étaient transformées rapidement en contestation de M. Béchir, au pouvoir depuis 1989. Plus de 250 personnes ont péri dans la répression du mouvement, selon un comité de médecins proche de la contestation.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.