Une première pour Payerne

FootballJamais les Vaudois n’ont affronté une Super League. Mais Thoune est en visite, pour le 1er tour de la Coupe de Suisse

Les joueurs du Stade-Payerne et leur entraîneur, Michaël Licciardi (tout à droite), sont prêts pour accueillir le visiteur de Super League.

Les joueurs du Stade-Payerne et leur entraîneur, Michaël Licciardi (tout à droite), sont prêts pour accueillir le visiteur de Super League. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On veut profiter de ce match en le jouant vraiment, pas seulement en le regardant.» Nouvel entraîneur du Stade-Payerne, Michaël Licciardi se réjouit évidemment de la venue du FC Thoune, ce samedi (16 h 30), à l’occasion du premier tour de la Coupe de Suisse. «Une fête pour le club et peut-être une occasion unique, pour beaucoup de joueurs, d’affronter un adversaire de Super League.»

Au stade municipal, même si la prévision est difficile, un bon millier de spectateurs sont attendus. Les sociétés locales ont été invitées et le président espère faire de ce rendez-vous qui sort de l’ordinaire une occasion unique de se réunir. «J’aimerais qu’on arrive à créer une sorte de famille autour du club, c’est important, souligne Frédéric Danzi. Chaque dirigeant a son histoire et fait au mieux. J’essaie aussi d’amener ma patte. La première équipe est très jeune et nous voulons travailler sur le long terme en proposant du bon football.»

Dans l’immédiat, il s’agit de savoir quel genre de résistance le Stade-Payerne sera en mesure d’offrir à Thoune. Avec quatre ligues d’écart et surtout un championnat qui n’a pas encore débuté – c’est pour ce week-end, mais le match Payerne – Genolier-Begnins a été reporté à mardi –, la tâche paraît ardue. Spectateurs mercredi au Stade de Suisse, où Thoune a créé la surprise en battant YB 4-0, Michaël Licciardi et ses joueurs ont pu s’en rendre compte.

«On pensait trouver une équipe un peu fébrile. Mais les Thounois ont présenté quelque chose de sympa. On en a tiré quelques enseignements, même si nous n’avons pas trop l’habitude de travailler sur l’adversaire», admet l’entraîneur de l’équipe vaudoise. Le Stade-Payerne a quatre semaines et quelques matches de préparation dans les jambes. Cet été, l’effectif a été largement renouvelé après une saison 2016-2017 compliquée, avec notamment un premier tour joué entièrement à l’extérieur (réfection de la pelouse).

Du répondant

«Malgré les vacances, j’ai pu solliciter les joueurs quatre fois par semaine, note Licciardi. Il y a du répondant et l’amalgame s’est fait assez vite. Pour ce qui est de l’état d’esprit, il semble qu’on ne s’est pas trompé.» Et à quoi ressemble cette équipe au niveau foot? «Elle est assez joueuse et fait pas mal de pressing. J’apprécie aussi un jeu assez vertical.» Pas beaucoup d’expérience, mais une fraîcheur et une envie bien réelles. Pour quel résultat? «On verra… Nous nous sommes surtout préparés pour le championnat, assure Licciardi. En Coupe, on espère proposer une bonne image. Mais en jouant tout de même le coup à fond.»

C’est la première fois dans son histoire (85 ans d’existence) que le Stade-Payerne a l’occasion de se frotter à une équipe de Super League en compétition officielle. Enfant de la région, Frédéric Danzi – président depuis 2014 – se souvient d’une rencontre face à Lucerne (alors en Challenge League) en 2005, avec une défaite 5-1. L’ancien attaquant avait d’ailleurs disputé ce match. Sur sa pelouse désormais impeccable, Payerne s’est montré redoutable à domicile en 2017, avec deux défaites seulement en 14 matches. Thoune devrait se méfier. (24 heures)

Créé: 12.08.2017, 08h30

Echallens croit l’exploit possible




Dimanche, contre Aarau,le FC Echallens va tenter de s’offrir enfin le scalp d’une équipe de division supérieure en Coupe de Suisse. Après des échecs contre Sion (2009), Zurich (2012) et Thoune (2013), la quatrième tentative sera-t-elle la bonne? «Moi, j’y crois!, assure Fritz Aeschbach, le président du club challensois. D’abord parce que notre équipe actuelle est la meilleure que j’ai vue depuis une bonne dizaine d’années. Ensuite parce que nous préparons avec un soin particulier ce duel depuis des semaines, et cela sans nous mettre trop de pression ni prendre à la légère un adversaire un peu en difficulté dans son championnat de Challenge League. Et enfin parce que, mis à part le match contre Zurich (0-6), nous avions réussi à bousculer tant le FC Sion (ndlr: 0-1 dans les arrêts de jeu) que Thoune (1-2).»

Argovien d’origine, celui qui préside à la destinée d’Echallens depuis dix-sept ans ne cache pas son plaisir. «Avec le retour du soleil, nous devrions accueillir pas mal de monde, ce dimanche, prévoit Fritz Aeschbach. Quelque 200 supporters argoviens feront le déplacement, dont une trentaine d’ultras qui ne devraient pas nous causer trop de soucis. Pour éviter tout désagrément, nous mettrons en place le même dispositif de sécurité que lors de nos trois précédentes rencontres de Coupe, au cours desquelles les choses s’étaient d’ailleurs à chaque fois très bien déroulées.»

A Echallens, tout semble donc réuni pour passer une belle après-midi. Les Vaudois feront tout pour la terminer, cette fois, avec un grand sourire.
André Boschetti

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...