Passer au contenu principal

Promaison redonne vie aux objets de la maison

Après 6 mois de travaux, Promaison ouvre son second magasin qui se trouvait anciennement à Lausanne.

Charly Chevalley, directeur de la Fondation Protravail.
Charly Chevalley, directeur de la Fondation Protravail.
Philippe Maeder

Promaison, active depuis 2009, est une entreprise récupérant les objets d’occasion pour les revendre une fois remis à neuf. Ils sont non seulement réparés mais aussi lavés, voire repeints, avant d’être mis en vente pour un coût moindre.

Un nouveau local vient d’ouvrir ses portes à Renens, en remplacement de celui de Lausanne. Il constitue pour Promaison une vitrine dans laquelle les privés et les professionnels peuvent voir les objets réparés. Un autre local de vente existe déjà à Yverdon depuis 2012. Sur Internet, un site permet aussi de passer commande.

«L’ouverture de magasins facilite la vente auprès des acheteurs préférant voir ce qu’ils souhaitent acquérir», souligne Paul J. Zimmermann, président de Protravail, entreprise mère de Promaison. Tout n’est cependant pas exposé en magasin, seuls les objets a priori les plus attrayants étant mis en boutique. Beaucoup d’objets sont stockés dans un autre hangar, lui aussi à Renens. On retrouve notamment dans les magasins des éléments de construction tels que des portes, des fenêtres ou encore des volets. L’électroménager y a aussi sa place, tout comme des éléments sanitaires, type douches, lavabos, cuvettes WC. «Cette initiative a pour but de lutter contre le gaspillage en donnant une seconde vie à l’objet au lieu de le détruire, explique Paul J. Zimmermann. Il faut apprendre à déconstruire.» La démarche n’a pas comme seul but la lutte contre le gaspillage, puisqu’elle aide aussi à la réinsertion professionnelle de personnes en les employant.

En neuf ans, 150 personnes sont passées par Protravail et, parmi elles, 53 ont retrouvé un emploi peu de temps après la fin de leur contrat. Le taux de réinsertion était de 50% l’année dernière. Le conseiller d’État Philippe Leuba a d’ailleurs salué les acteurs de Protravail, les qualifiant de «créateurs d’espoir».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.