Passer au contenu principal

PhiladelphieSanders: Hillary Clinton «doit devenir» présidente

Dans un discours très attendu à la convention démocrate, le candidat malheureux a soutenu sa rivale.

Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)
Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)
Reuters
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)
AFP
Marco Rubio, solide troisième chez les républicains selon des résultats partiels, a réalisé un bon score. Grand perdant de la soirée, Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, fils et frère de président, termine très loin derrière. (1er février 2016).
Marco Rubio, solide troisième chez les républicains selon des résultats partiels, a réalisé un bon score. Grand perdant de la soirée, Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, fils et frère de président, termine très loin derrière. (1er février 2016).
Reuters
1 / 149

Jouant l'unité contre Donald Trump, Bernie Sanders a mis lundi 25 juillet tout son poids derrière son ancienne rivale Hillary Clinton, au premier jour d'une convention d'investiture démocrate chahutée par les incontrôlables partisans du sénateur.

L'ancienne chef de la diplomatie, qui espère succéder à Barack Obama et devenir la première femme présidente des Etats-Unis, veut faire du rassemblement une démonstration de force afin de doper ses chances de battre le républicain Donald Trump le 8 novembre.

«Si l'on se réfère à ses idées et à son leadership, Hillary Clinton doit devenir la prochaine présidente des Etats-Unis», a déclaré Bernie Sanders à Philadelphie, ovationné par la foule des délégués mais hué aussi par certains de ses irréductibles partisans.

Le programme «le plus progressiste» de l'histoire

Enumérant leurs points communs, du salaire minimum au droit à l'avortement et au changement climatique, Bernie Sanders a martelé qu'Hillary Clinton «comprenait» les enjeux et mettrait en place des politiques progressistes.

Reconnaissant sa déception d'avoir perdu les primaires, il a autant critiqué Donald Trump que défendu Hillary Clinton, et s'est vanté d'avoir fait adopter par la convention le programme «le plus progressiste» de l'histoire du parti démocrate.

«Hillary Clinton sera une présidente exceptionnelle et je suis fier d'être à ses côtés ce soir», a-t-il conclu.

Attitude saluée par le camp Clinton

Cette attitude de conciliation était saluée par le camp Clinton. Un délégué du Tennessee, Jim Johnson, s'est dit «très satisfait de la façon dont Bernie tente de rassembler ses partisans».

Mais une partie de ses délégués fait de la résistance.

Certains l'ont hué à la mention d'Hillary Clinton, comme ils l'avaient fait tout au long de la journée dans une ambiance électrique.

«Aucun des délégués de Bernie ne veut d'elle», assure l'un des agitateurs, Charles Niswander, père au foyer de 28 ans venu du Michigan.

Discours émouvant de Michelle Obama

Le plaidoyer le plus éloquent de la journée est toutefois venu d'une femme admirée par l'ensemble de la famille démocrate, Michelle Obama.

Dans un discours puisant dans son expérience de Première dame, Michelle Obama a comparé l'exemplarité attendue d'un président à celle de parents élevant leurs enfants, et loué la ténacité et les valeurs d'Hillary Clinton.

«Grâce à Hillary Clinton, mes filles et tous nos fils et nos filles savent qu'une femme peut être élue présidente des Etats-Unis», a-t-elle déclaré, ovationnée par une salle debout.

Un aréopage de célébrités d'Hollywood ou des mondes du sport et de la musique ainsi que des dizaines d'élus démocrates ont défilé pendant plus de six heures dans l'immense salle de basket de Philadelphie pour démolir l'image de Donald Trump et vanter le CV et les qualités d'Hillary Clinton, 68 ans.

Des sans-papiers à la tribune

L'actrice Eva Longoria a estimé quelle l'ex-sénatrice était la première candidate à être «surqualifiée» pour le poste de président. Des sans-papiers se sont exprimés à la tribune pour dénoncer les propositions anti-immigrés de Donald Trump.

Une veuve d'un soldat américain a témoigné de l'arnaque dont elle dit avoir été victime en souscrivant à des cours de l'ex-«université» Trump, une structure fermée et qui se retrouve aujourd'hui devant les tribunaux.

«Je voudrais dire aux partisans de +Bernie ou rien+ que vous êtes ridicules», a aussi lancé l'humoriste américaine Sarah Silverman, qui avait ardemment soutenu Bernie Sanders pendant les primaires.

Donald Trump s'amuse

Pendant ce temps, Donald Trump s'amusait du désordre provoqué par les supporters de «Bernie», après que sa propre convention d'investiture à Cleveland la semaine dernière fut émaillée de polémiques.

«Bernie Sanders s'est vendu à Hillary-la-crapule. Tout ce travail, cette énergie et cet argent, pour rien du tout! Quelle perte de temps !», a-t-il réagi sur Twitter.

Les derniers préparatifs de la convention ont été secoués par la publication ce week-end par le site Wikileaks de près de 20.000 messages échangés par des responsables du parti démocrate, dérobés par des pirates informatiques soupçonnés d'être liés aux autorités russes.

Le parti présente ses excuses à Sanders

Ces échanges révèlent des dirigeants très critiques de Bernie Sanders. Poussée à la porte, la présidente du parti, Debbie Wasserman Schultz, a annoncé dimanche sa démission à compter de la fin de la convention. Et le parti, désireux d'éteindre l'incendie, a présenté ses excuses à Bernie Sanders.

Dans les rues de Philadelphie (est), des partisans de Bernie Sanders opposés à l'intronisation de Clinton ont une nouvelle fois battu le pavé. 54 personnes ont été interpelées puis relâchées après avoir reçu une amende, selon la police.

Mardi, ce sera au tour de Bill Clinton de s'exprimer à la convention. Puis ce sera Barack Obama mercredi, avant le grand discours d'Hillary Clinton, jeudi soir.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.