Passer au contenu principal

SuisseScandale Volkswagen: Berne aidera les victimes

Près de 175'000 personnes ont potentiellement été lésées par le constructeur automobile. Le gouvernement a mis en place un questionnaire en ligne pour faire valoir ses droits.

Le nombre de victimes est considérable, du jamais-vu en Suisse.
Le nombre de victimes est considérable, du jamais-vu en Suisse.
Keystone

Les personnes lésées dans le cadre du scandale Volkswagen peuvent désormais s'annoncer auprès du Ministère public de la Confédération (MPC) via un questionnaire disponible en ligne pour faire valoir leurs droits. Le MPC entend ainsi traiter efficacement les quelque 175'000 cas potentiels.

Le questionnaire peut être rempli en ligne ou à la main et doit être envoyé par courrier postal, précise lundi le MPC dans un communiqué. Il est disponible en allemand, français, italien et anglais.

Le MPC mène depuis décembre 2016 une procédure pénale contre le constructeur allemand Volkswagen et la société importatrice suisse AMAG pour suspicion de responsabilité pénale de l'entreprise, ainsi que contre les organes et employés responsables d'AMAG pour suspicion d'escroquerie de métier.

Il est reproché aux prévenus d'avoir lésé, entre 2008 et 2015 en Suisse, pour un montant indéterminé le patrimoine d'environ 175'000 acheteurs et locataires de véhicules des marques du groupe VW équipés de moteurs diesel du type EA 189. Les prévenus auraient au moins en partie eu connaissance des émissions polluantes.

Du jamais-vu

En tant qu'autorité de poursuite pénale compétente, le MPC doit informer les lésés de leurs droits et les rendre attentifs à la possibilité de participer à la procédure pénale comme demandeur au pénal et/ou au civil. Vu le nombre considérable de victimes potentielles - du jamais-vu en Suisse, le MPC a mis en place un questionnaire en ligne. Les éventuelles demandes pourront ainsi être saisies et traitées plus facilement.

La Fondation alémanique de protection des consommateurs (SKS) salue l'introduction de ce nouvel outil et recommande aux propriétaires de véhicule lésés, qui n'ont pas encore porté plainte, de se joindre à la procédure pénale du MPC. Elle regrette toutefois l'arrivée tardive de ce questionnaire, quatre ans après l'explosion du scandale.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.