La Suisse emmurée

Intérieur extérieurLe photographe Gregory Collavini attire notre attention sur des constructions que nous nous efforçons de ne pas voir: les murs antibruit. Ces mal-aimés qui coupent la vue plus que le son.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cela ne saute pas aux yeux, mais Gregory Collavini, 28 ans, est un amoureux du paysage. Cinq ans qu’il arpente le pays en tous sens avec son lourd matériel photographique. Non, pas pour en capturer la beauté. Pour nous obliger à regarder ce que nous nous évertuons à ne pas voir: les murs antibruit. Ces objets rébarbatifs et mal-aimés érigés sur des centaines de kilomètres le long des autoroutes et des voies de chemin de fer, au nom du programme fédéral d’assainissement phonique.

La Suisse qui se reflète dans son objectif n’a rien d’idyllique. Ce Fribourgeois est d’abord captivé par le rapport entre l’homme et le bâti: «Ce qui m’intéresse le plus est d’observer comment l’humain s’intègre dans son territoire.» Dès sa première année d’études à l’ECAL, Gregory Collavini s’interroge sur les modifications apportées à l’environnement et se met à explorer les nouvelles zones résidentielles.

Collisions visuelles

Il se promène dans le Chablais, Monthey, les environs de la Satom; ou à Bulle, ses excroissances, ses bourgeonnements. Au gré de ses pérégrinations, il découvre, à Matran, une villa familiale prise en tenaille entre rail et autoroute. Cet adepte de collisions visuelles tombe en arrêt devant le contraste offert par la jolie petite maison et la brutalité d’une paroi antibruit de verre et de béton. Pour couronner le tout, l’ouvrage est orné de mots censés convoquer la nature: «Blitz, pluie, monts, Wälder, glace…» La poésie reste inopérante, la réalité s’impose, sinistre. Cette famille, autrefois abritée des nuisances sonores par une haie d’arbres, se trouve emmurée contre son gré, privée de vue, mais aussi d’air durant l’été. Une situation extrême, à la limite de la dystopie, qui incite le jeune photographe à se focaliser désormais sur ces murs de protection à double tranchant: coupe son, coupe vue, coupe vie.

Pas de jugement, juste une question

Comme pour souligner le paradoxe, sa série Silent Outlooks, une centaine de photos réunies dans un livre, est tout sauf inesthétique. Réalisées à la chambre, en négatif et grand format, ces images saisissantes ont nécessité un long temps de pose et beaucoup de patience. Tout l’opposé de ce qui se passe de l’autre côté de son appareil, sur l’autoroute, au royaume de la vitesse. A mi-chemin entre le documentaire et l’art, sans poser de jugement, le travail de Gregory Collavini, a la puissance des grandes questions: «Eh, les gens, regardez! Est-ce vraiment ce monde-là que vous vouliez construire?»

(24 heures)

Créé: 17.12.2016, 14h20

Le livre

Silent Outlooks-Perspectives silencieuses

Gregory Collavini

Editions Favre, 144 p.

Articles en relation

Les murs antibruit cassent les oreilles des riverains

Pully Les CFF ont pris du retard dans leurs travaux, jouant avec les nerfs de certains habitants. Plus...

Des murs antibruit en attendant une passerelle pour cyclistes

Nyon Le remblai créé vers le tunnel de l’Etraz ne préfigure pas la future liaison de mobilité douce entre Nyon et Prangins. Plus...

Dialogue de sourds autour d’un mur antibruit à Pully

Nuisances Des riverains se mobilisent contre l’installation par les CFF d’une paroi le long des rails. Plus...

Les parois antibruit sont la nouvelle cible des casseurs

Lausanne Depuis une année, les installations en verre Securit qui bordent l’autoroute sont régulièrement détériorées. Les dégâts ont déjà coûté 300 000 francs à l’Office fédéral des routes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...