Votation: logements abordables et homophobie

SuisseLe 9 février 2020, la population se votera pour «Davantage de logements abordables» et contre la révision de la norme pénale antiraciste, étendue à l’homophobie.

Le gouvernement s'oppose à l'initiative sur les logements et le référendum contre la révision de la norme antiraciste provient des milieux conservateurs.

Le gouvernement s'oppose à l'initiative sur les logements et le référendum contre la révision de la norme antiraciste provient des milieux conservateurs. Image: Unsplash

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Suisses voteront le 9 février sur deux objets. Ils se prononceront sur l'initiative pour «Davantage de logements abordables» et sur l'extension de la loi antiracisme attaquée en référendum.

L'initiative populaire de l'Association suisse des locataires (ASLOCA) veut inciter la Confédération et les cantons à encourager davantage la construction d'habitations à loyer modéré. Elle demande qu'au moins 10% des nouveaux logements soient déclarés d'utilité publique.

Pour y parvenir, cantons et communes pourraient faire valoir un droit de préemption, notamment sur les immeubles appartenant à la Confédération ou à des entreprises qui lui sont liées, comme les CFF ou La Poste. Le Conseil fédéral considère l'initiative comme une ingérence disproportionnée et inutile dans l'approvisionnement en logements qui fonctionne bien dans son ensemble.

Le gouvernement veut toutefois soutenir la construction de logements bon marché et a proposé au Parlement de débloquer un montant de 250 millions de francs sur dix ans. Ce dernier, qui a également rejeté l'initiative de l'ASLOCA, a accepté de suivre le Conseil fédéral sur ce point.

Norme antiraciste

Le référendum contre la révision de la norme pénale antiraciste a été lancé par l'Union démocratique fédérale (UDF), avec le soutien pour la récolte de signatures des Jeunes UDC et du groupe de travail Jeunesse et famille. Cette révision pénalise désormais l'homophobie. Selon les référendaires, cette extension constitue une restriction disproportionnée à la liberté d'expression.

Avec la réforme de la loi, adoptée fin 2018 par le Parlement, la norme antiraciste sera étendue à la discrimination basée sur l'orientation sexuelle. Elle vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI). Cette proposition est partie d'une initiative parlementaire du conseiller national Mathias Reynard (PS/VS). (ats/nxp)

Créé: 09.10.2019, 11h51

Articles en relation

Logement abordable: le crédit-cadre est mal parti

Suisse La Commission de l'économie du National a rejeté l'idée d'un crédit-cadre fédéral pour la construction de logements bon marché. Plus...

Ce que prévoit la norme pénale anti-homophobie

Suisse Video L'UDF veut s'opposer à la révision de la norme pénale anti-raciste adoptée par le Parlement en décembre 2018. Plus...

Loi contre l'homophobie: référendum en vue

Suisse La norme adoptée en décembre qui interdit l'homophobie au même titre que le racisme sera combattue par un référendum de l'UDF. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.