«Zen Too» et les D35 bombent les voiles à une semaine du Bol d’Or

VoileLa Genève-Rolle a souri aux rois du Léman, bien décidés à tout rafler pour leur dernière saison. Mais ils ont eu chaud samedi…

Spectacle toujours superbe, la Genève-Rolle a offert des conditions propices à d’innombrables retournements de situation.
Et les D35 ont dû cravacher pour finir par s’échapper.

Spectacle toujours superbe, la Genève-Rolle a offert des conditions propices à d’innombrables retournements de situation. Et les D35 ont dû cravacher pour finir par s’échapper. Image: EP Medias

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était vraiment une répétition générale. Pas question donc de prendre la 55e édition de la Genève-Rolle à la légère. Une semaine avant le Bol d’Or Mirabaud, tout ce qui flotte et avance toutes voiles dehors (228 concurrents inscrits) se retrouve sur le lac pour mettre de l’huile dans les rouages des équipages et procéder aux derniers réglages. Les régatiers ont été servis par une météo aussi agréable que tordue. Ce joli méli-mélo éolien a offert un suspense inédit. Même si, à la fin, c’est encore un D35 qui a gagné. En l’occurrence, c’est le «Zen Too» de Guy de Picciotto qui a décroché le gros lot. Pour sa dernière saison, la flotte des D35 est bien décidée à s’offrir les lauriers des grandes classiques lémaniques. En 2020, les Formule 1 du lac céderont la place à une nouvelle génération de multicoques, de véritables fusées en cours de construction en Bretagne. En attendant le lancement de ces bateaux volants, les D35 ont été poussés dans leurs retranchements. Ce sont leurs petits-cousins, les M2, qui ont donné quelques sueurs froides à Ernesto Bertarelli et consorts. À la bouée de mi-parcours, «Patrimonium» (5e) et «Swiss Medical Network» (6e) faisaient très bonne figure dans le sillage des D35 «Cabestan» (le bateau de Christian Wahl), «Ladycat», «Alinghi» et «Okalys Youth Project».

Zen, «Zen Too»

Et le futur vainqueur dans tout ça? Comme tant d’autres, il a connu une mise en route complexe, avec notamment une transition sud-ouest à bise très délicate à négocier. Largué à Rolle, il ne s’est jamais affolé. Zen, «Zen Too». «C’était une situation très lacustre, a relevé Fred Le Peutrec, barreur de «Zen Too». Nous avons raté notre sortie du Petit-Lac, mais nous savions qu’il y aurait des opportunités pour revenir.» Pointée à plus de seize minutes, l’équipe de Guy de Picciotto, qui est l’une des plus expérimentées de la flotte, a réalisé une démonstration sur le chemin du retour. Rappelant que sur ce lac, rien n’est jamais simple et acquis. Il est des courses qui se gagnent par l’avant. Il en est d’autres qui se gagnent de l’arrière. «Nous sommes restés collés côté suisse, où le vent était plus soutenu, raconte Fred Le Peutrec. Tanguy Cariou a fait une excellente tactique. Par ailleurs, nous avons un nouveau gennaker dont nous sommes très contents. Nous avons une très bonne vitesse. La recette pour gagner ce genre de régate est un mélange d’opportunisme et de bon moral. Et ça a bien fonctionné pour nous cette fois-ci.»

Sur la ligne au large du Yacht Club de Genève, «Zen Too» n’avait plus personne à sa hauteur. C’est presque tranquillement qu’il s’est imposé en moins de quatre heures (3 h 57). Cinq minutes plus tard, un autre D35, «Eleven Sailing Team», sautait sur la 2e marche du podium, suivi de peu par le M1 «Ladycat powered by Spindrift Racing».

Un podium pour Okalys

À noter enfin l’excellent résultat d’«Okalys Youth Project», barré de main de maître par le benjamin de la flotte, Arnaud Grange, tout juste 17 ans. Quatrième au scratch et 3e des D35, le Genevois savourait avec la sagesse d’un vieux briscard: «Cette course démontre qu’il ne faut jamais rien lâcher, même quand c’est difficile. Il y a eu pas mal de transitions, des passages avec du vent faible, mais nous sommes restés concentrés et étions toujours dans le jeu. Au retour, c’est dans le Petit-Lac que ça s’est joué, nous avons traversé le lac peu après Yvoire, et ce choix s’est avéré être le bon. Ça fait plaisir de terminer sur le podium.»

Rien de tel qu’une répétition générale réussie avant de passer au grand rendez-vous de la saison.

Créé: 10.06.2019, 17h14

Tous les lauréats de la 55e édition

M1
et scratch


«Zen Too» de Fred Le Peutrec, en 3 h 57

M2
«Degroof Petercam» de Fred Moura, en 4 h 14

NJ-TCFX
«TBS» de François Thorens, en 4 h 48

TCF1

«Pro Yachting» de Philippe Seguret, en 5 h 09

TCF2

«Zénitude» de Pierre Fayet, en 5 h 31

TCF3

«Verbel-Poopy Express» de Richard Milliquet, en 5 h 56

TCF4

«Fareast» de Didier Fert, en 6 h 32

Surprise

«G.Hominal» de Nicolas Kauffmann, en 6 h 34

Grand-Surprise

«Apsara» d’Yvan Girardet, en 5 h 54

Toucan

«Gaston III» de Patrick Ducluzaux, en 5 h 32

Psaros 33

«Raijin» de Philipe Bertherat, en 5 h

Multicoques Légers

«Team Tilt» d’Alexandre Schneiter, en 4 h 52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.