La Suisse tourne pratiquement à plein régime

Prévisions conjoncturellesL'économie suisse est en train d'atteindre son potentiel de croissance maximum estime le KOF.

Industrie du chocolat.

Industrie du chocolat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme d'autres établissements, le KOF (Centre de recherches conjoncturelles) a aussi revu à la hausse jeudi matin ses prévisions de croissance pour l'économie suisse. Le produit intérieur suisse (PIB ) devrait croître, non pas de 1%, mais de 1,6% pour l'année 2016 en cours.

Par contre, ce centre d'étude conjoncturel rattaché au Poly de Zurich s'est montré un tout petit peu moins positif pour 2017, avec une croissance attendue de 1,8% (contre 2% prévu ce printemps). Avec ces prévisions, l'économie suisse atteint pratiquement «son potentiel de croissance maximum, qui se trouve en dessous de 2%», a précisé jeudi matin aux médias le directeur du KOF, Jan-Egbert Sturm, en présentant ces prévisions d'automne.

Stagnation du commerce mondial

Des prévisions qui ont aussi permis de mettre en lumière la faiblesse du commerce mondial, traditionnellement un fort soutien à l'économie suisse, très orientée vers les exportations.

Le directeur du KOF souligne à ce propos qu'«on assiste presque à une stagnation du commerce mondial depuis la crise financière, les taux de croissance sont très modérés».

Pourtant, l'économie mondiale, et américaine en particulière, devrait se reprendre à tel point que le KOF prévoit que les «taux d'intérêts à long terme vont remonter à 3% aux Etats-Unis d'ici à fin 2018. En Suisse, ils pourraient redevenir positif seulement à la fin du premier semestre 2018, à cause de la différence de taux que la Banque nationale suisse veut toujours maintenir avec la Banque centrale européenne». Pour éviter que le franc ne gagne trop de valeur.

Hausse de 12% des salaires réels depuis 2008, tirée par la santé

Mais tout n'est pas rose en Suisse. Les entreprises y vivent globalement une érosion de leurs marges.

Cela est dû selon le KOF à une augmentation réelle importante des salaires, de 12% depuis 2008 jusqu'à maintenant, c'est-à-dire en tenant compte de la baisse des prix due à une inflation négative.

Une hausse qui grignote les marges, car cette augmentation des dépenses pour les salaires n'est pas entièrement compensée par les gains de productivité, estimé sur la même période entre 2 à 3%.

Le commentaire du directeur du KOF: «Cela signifie que la Suisse poursuit sa transformation en une société de services».

Créé: 06.10.2016, 13h28

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Le franc fort n’a pas fait trop mal au tourisme

Economie Le bilan de Nyon Région Tourisme reste positif malgré l’abandon du taux plancher du franc suisse. Plus...

La peur s’empare de toute l’industrie du luxe

Horlogerie Le groupe Richemont ou le français Hermès voient leur bénéfice chuter. Un certain âge d’or disparaît. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.