Accord trouvé entre le rectorat de l'UNIL et le collectif R

MigrantsLes migrants qui ont investi un auditoire de la haute école partiront jeudi comme convenu.

Les migrants qui se sont installés dans l'auditoire 1612 du bâtiment Geopolis quitteront les lieux jeudi.

Les migrants qui se sont installés dans l'auditoire 1612 du bâtiment Geopolis quitteront les lieux jeudi. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le collectif R et les migrants qu'il défend quitteront l'auditoire de l'Université de Lausanne (UNIL) jeudi soir au plus tard. Ils s'y sont engagés mardi lors d'une rencontre avec la direction de l'institution. L'occupation des lieux avait débuté lundi matin pour notamment dénoncer les renvois Dublin de demandeurs d'asile.

Les dirigeants de l'alma mater lausannoise laissent donc les migrants et leurs défenseurs rester aussi longtemps qu'ils l'avaient prévu initialement. Le collectif R avait annoncé d'entrée vouloir s'implanter pour quatre jours, soit jusqu'à jeudi.

Lors de la rencontre agendée mardi en début de soirée, l'UNIL a exigé du collectif qu’il ne serve plus de nourriture dans l’atrium du bâtiment et n’occupe plus l’auditoire durant la nuit. Le mouvement a accédé à ces demandes, informe l'université à la suite des discussions dans un communiqué.

Méthode employée «pas acceptée»

La direction «ne peut accepter la méthode employée qui contrevient aux règles» de l'établissement, et perturbe les cours. Elle "déplore avoir été mise devant le fait accompli et rappelle que la cause défendue n’a rien à voir avec le champ d’activité de l'université ou avec la politique universitaire".

Le collectif R veut faire connaître son combat et appelle la communauté académique à prendre position pour une politique d'hospitalité. Il réclame la fin des renvois Dublin et s'est fait connaître en occupant depuis huit mois la salle de paroisse de l'église St-Laurent, au centre-ville de Lausanne.

Lundi, plus de cinquante personnes, membres du collectif, migrants et étudiants, ont été aperçues dans l'auditoire. Deux jeunes Afghans ont expliqué à la presse pourquoi ils ne veulent pas être renvoyés en Hongrie, où ils ont subi des "maltraitances".

Créé: 24.11.2015, 22h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.