Attaqué de toutes parts, Yahoo! sombre dans la crise

InternetAu moment où le portail veut céder Yahoo TV, OpenTV, filiale américaine de Kudelski, dénonce une violation de ses brevets.

De plus en plus d’actionnaires mécontents réclament la tête de leur charmante CEO.

De plus en plus d’actionnaires mécontents réclament la tête de leur charmante CEO. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vidéo faisait partie des grands chantiers lancés par Marissa Mayer depuis son arrivée au pouvoir, en juillet 2012, pour remettre sur les rails le portail Internet californien. Quatre ans plus tard, le constat est déplorable. Les grandes ambitions de la CEO de Yahoo! dans ce domaine ont été peu à peu anéanties et le bruit circule que la prise serait sur le point d’être tirée avec, entre autres, la revente des activités télévisuelles (Smart TV) du groupe.

L’annonce mardi du dépôt d’une plainte par OpenTV, filiale américaine du groupe technologique vaudois Kudelski, contre Yahoo! pour violation de dix de ses brevets tombe donc particulièrement mal pour ce dernier. La question de l’agenda choisi par le spécialiste vaudois de la sécurisation des contenus de télévision numérique laisse toutefois songeur.

En effet, pourquoi lancer une telle offensive au moment où Yahoo! envisage paradoxalement de revendre tout ou du moins la majeure partie de ses activités? «Nous ne commentons pas de dossiers en cours», donne pour seule réponse Phil Mundwiller, responsable des communications du groupe vaudois.

Trois milliards d’acquisitions

Quoi qu’il en soit, si la Cour de justice du district nord de Californie venait à donner raison à OpenTV, cette défaite serait très certainement l’un des ultimes désaveux pour sa CEO. Il faut dire que dans le domaine télévisuel, cette dernière a investi des dizaines de millions de dollars afin de créer une plate-forme qui aurait dû détrôner YouTube (Google). Mais malgré des partenariats dans le streaming ou l’engagement de certains journalistes vedettes du petit écran, rien n’y a fait. La sauce n’a jamais pris.

Du coup, ils sont de plus en plus nombreux à réclamer la tête de Marissa Mayer. Une fronde menée notamment par les puissants fonds américains Starboard Value ou SpringOwl. «Nous pensons qu’elle et son équipe de direction sont devenues un obstacle à une hausse du cours de l’action», déclarait Eric Jackson, responsable de SpringOwl, au moment de la parution des résultats désastreux du groupe. Quelques semaines avant, Starboard Value avait également exigé le remplacement de la majorité des administrateurs de Yahoo!, Marissa Mayer incluse.

Le fait est qu’en 2015, le moteur de recherche a perdu 4,7 milliards de dollars (contre un gain de 7,552 milliards en 2014). En cause, la dépréciation de certains actifs du groupe dont la plupart ont été acquis sous le règne de la directrice américaine.

Celle que certains surnomment aux Etats-Unis «Marissa Buyer» a ainsi investi quelque trois milliards pour prendre le contrôle d’une petite trentaine de start-up. Le destin de Tumblr est l’un des échecs les plus représentatifs de l’ère Mayer. Payé 1,1 milliard de dollars en mai 2013, le réseau de microblogging a vu sa valeur s’effondrer à 230 millions de dollars.

L’après-Marissa Mayer

Considérée pendant longtemps comme l’une des femmes les plus prometteuses et puissantes de la Silicon Valley, Marissa Mayer apparaît, jour après jour, un peu plus fragilisée. Idem pour son groupe, dont le mot démantèlement n’est désormais plus tabou.

Depuis quelques jours, les acheteurs potentiels commencent d’ailleurs à se presser au portillon, prêts à se partager les restes de l’empire Yahoo! «C’est une maison délabrée, mais il n’y en a pas beaucoup de cette taille et vous vous dites du coup que vous pourrez la retaper», a déclaré un acheteur potentiel au magazine spécialisé L’Informaticien.

Parmi les acquéreurs potentiels le plus souvent cités: l’opérateur de télécoms Verizon. Il serait le premier à avoir soumis une offre concrète de rachat à Yahoo! Mais selon Bloomberg, le groupe américain serait loin d’être le seul en lice. Google s’apprêterait à son tour à faire une offre. The Daily Mail, le puissant groupe de presse britannique, pourrait également se porter candidat. L’engouement est d’ailleurs tel qu’au dire du Wall Street Journal, la date des dépôts d’offres a été repoussée au 18 avril.

Créé: 13.04.2016, 07h35

Kudelski n’hésite pas à affronter les géants du Net

Verizon et Apple hier, Yahoo! aujourd’hui: le groupe vaudois ne craint décidément pas de s’attaquer frontalement aux géants du Net pour défendre au mieux ses 4500 brevets émis (ou en demande) dans le monde.

Depuis un mois, le spécialiste vaudois de la sécurisation des contenus de télévision numérique peut même se targuer d’avoir remporté une manche contre le géant de Cupertino. Le tribunal de Land de Düsseldorf a en effet reconnu que des brevets appartenant à Kudelski ont été violés par Apple. Selon la décision du tribunal, ce dernier ne peut donc plus vendre en Allemagne des produits sur lesquels il est possible d’écouter de la musique, voir des vidéos ainsi que d’autres informations tirées d’Internet. Cela concerne notamment la boutique iTunes, le logiciel vidéo Quicktime ou Apple TV. Si le groupe américain ne s’exécute pas, il risque une amende de 273?000?francs. A noter qu’une plainte similaire est actuellement en jugement aux Etats-Unis.

Concernant sa plainte déposée au Texas en 2015 contre Verizon Communications et sa filiale AOL, elle concerne aussi la violation de sept brevets détenus par ses filiales OpenTV et Nagra France. L’affaire est toujours pendante.

Articles en relation

Kudelski porte plainte contre Yahoo aux USA

Technologie numérique OpenTV, filiale américaine du groupe technologique vaudois Kudelski, porte plainte contre le moteur de recherche Yahoo. Plus...

Verizon prévoit une offre sur Yahoo, Google aussi

Internet Les activités internet de Yahoo intéressent le spécialiste américain des télecoms et le géant de la Silicon Valley Plus...

Yahoo! se meurt-il ou va-t-il pouvoir relever la tête?

Reportage Au siège en Californie, on veut ignorer les rumeurs sur la disparition prochaine de l'ex-fleuron d'internet. Plus...

Yahoo : vers une chute des ventes de 15 % en 2016

Silicon Valley Yahoo prévoit aussi de ramener ses effectifs à environ 9'000 personnes fin 2016. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.