Le barde qui chante au nom des Vert'lib

Cantonales 2012Candidat au Grand Conseil, Michel Gaillard mène sa campagne en chansons. Une manière, pour ce Vert-libéral, d'animer la politique vaudoise qu'il trouve plutôt morose.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chapeau original vissé sur la tête et lunettes de soleil sur l'appendice nasal, Michel Gaillard distille ses messages politiques en s'accompagnant à la guitare. Dernier volet musical de sa «campagne depuis la campagne», l'habitant du Mont-sur-Lausanne riposte cette semaine contre cette «culture qui est devenue une chasse gardée de la gauche». «La vente de sa propre personne est un égoïsme plus proche de l'individualisme de la droite que du collectivisme de la gauche», argumente le musicien également membre de la commission de la culture des Verts'libéraux vaudois.

Dans ses piques précédentes, l'ancien directeur de l'EJMA (Ecole de jazz et de musique actuelle) traitait de la disparition de la calotte glacière ou encore de l'immigration dans le canton. «Je suis stupéfait de voir le mitage du territoire et les infrastructures qui ne suivent pas, s'indigne le quinquagénaire. Le problème de la surpopulation vient surtout des employés des grandes boîtes qui s'installent dans le canton».

Si l'exercice n'est pas entièrement nouveau pour cet habitué des vaudoiseries musicales - il a tourné d'abord avec le duo Loyon Lapèdze puis avec celui de Louis Lacolle - la démarche gagne en profondeur. «Le taux de participation aux élections est particulièrement bas. C'est dû à l'ennui éclatant de la politique, surtout du côté des jeunes», explique ce père de trois enfants, bien décidé à amener une pointe d'animation dans ces Cantonales.

Mais au fait, que pense le parti de cette initiative personnelle? N'a-t-il jamais été tenté de suivre l'exemple des irréductibles Gaulois et d'attacher son barde à un arbre? «Le parti respecte les spécificités des candidats, répond sobrement le président Jacques-André Haury. Et puis, sur la culture, on est d'accord.» Feu vert donc aux accords politico-musicaux de Michel Gaillard. (24 heures)

Créé: 16.02.2012, 14h50

Dossiers

Dans le même ordre d'idée que les prestations musicales de Michel Gaillard mais en plus branché, le PLR s'inspire de série «Bref».
«Bref, je vote PLR», tel est le message que tentent de faire passer les huit candidats au Grand Conseil de l'arrondissement de la Broye-Vully, acteurs dans une vidéo de 2 minutes et 30 secondes. Une idée de Cédric Moullet réalisée en un jour pour 1000 francs.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...