Passer au contenu principal

Le Conseil synodal résiste à une série de critiques

Réunis les 6 et 7 novembre, les délégués de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud ont classé sans suite trois postulats qui visaient à restructurer le Conseil synodal.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Vanessa Cardoso

L’Exécutif de l’Eglise réformée vaudoise résiste à plusieurs postulats de défiance. L’un d’eux proposait notamment que le président soit un laïc, plutôt qu’un ministre.

«Est-il normal que des règles instituées par l’Eglise ne s’appliquent plus quand il s’agit du Conseil synodal? Est-ce que notre Eglise est en train de devenir de plus en plus cléricale?» a demandé Jean-Luc Crisinel, dépositaire avec une dizaine de membres de trois postulats proposant de modifier la structure du Conseil synodal, lors du synode qui s’est déroulé au Palais de Rumine, à Lausanne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.