Passer au contenu principal

«Je n'ai pas eu le courage de me dénoncer, j'ai été lâche»

Le meurtrier présumé d'Ashleigh Jenny, tuée à Morges en 2014, fait face à ses juges ce mardi au Tribunal criminel de Nyon.

Les parents d'Ashleigh, Roland et Sheelag Jenny (à dr.), font face à l'assassin de leur fille, avec leur avocat Me Patrick Mangold.
Les parents d'Ashleigh, Roland et Sheelag Jenny (à dr.), font face à l'assassin de leur fille, avec leur avocat Me Patrick Mangold.
Philippe Maeder

Front plissé, regard constamment baissé, le jeune homme accusé du meurtre de sa compagne Ashleigh Jenny, en octobre 2014 à Morges, se triture frénétiquement les doigts dans la salle d’audience du Tribunal criminel de l’arrondissement de La Côte, à Nyon. En ce mardi ensoleillé, ce cuisinier d’origine mauricienne doit répondre de ses actes. S’expliquer sur les raisons qui l’ont mené à serrer mortellement le cou de son amie en cette tragique nuit du 27 au 28 octobre 2014, avant de s’enfuir au petit matin. Assis à quelques mètres de celui qui leur a enlevé leur fille de 25 ans, les parents d’Ashleigh font face, le visage fermé, mais dignes. Plus que jamais soudé, le couple attendait la confrontation avec impatience.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.