Dada a 100 ans: dadalphabet (3)

ArtPour le centenaire de la naissance du Cabaret Voltaire à Zurich, voici, en vingt-six entrées, Dada dans tous ses ébats. La suite, de U à Z

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

U comme urinoir Fontaine est devenu culte grâce à la photographie de Stieglitz qui confère à ce ready-made signé R. Mutt 1917, paravent pour Duchamp, une valeur proprement emblématique pour un urinoir.

V comme vacuité Le même Duchamp confesse en 1946: «La vacuité de Dada fut très salutaire.»

W comme Wittgenstein Non, ce monsieur n’a pas cheminé avec Dada. Le mouvement lui préfère un certain Aa, présenté comme l’antiphilosophe, qui poste: «A priori c’est-à-dire les yeux fermés, DADA place avant l’action et au-dessus de tout: LE DOUTE. Dada doute de tout. Dada est tatou. Tout est DADA. Méfiez-vous de DADA.»

X comme xénophile «Dada soulève tout. Les signataires habitent la France, l’Italie, l’Espagne (…) mais n’ont aucune nationalité. Le manifeste sent la poudre encore aujourd’hui. Pourtant, il date de 1921 et il accueille les visiteurs à l’entrée de «Dada Revivals», exposition présentée dans la petite salle du Kunstmuseum.» Par cette citation de Hans Bolliger débute un article du Temps d’avril 2000. Ce monsieur, qui n’est autre que le collectionneur et la mémoire de la branche zurichoise du mouvement, y mène le bal, tout comme dans l’indispensable Dada in Zürich édité par le Kunstmuseum.

Y comme New York Pratiquement en même temps qu’en Suisse, un horizon dadaïste sculpte un curieux nuage au-dessus de New York. Picabia y fait siennes ses machines et distille sa revue 391. Duchamp et Man Ray y tiennent un élevage de poussière. Alors qu’Arthur Cravan précède le mouvement en signant, provocateur, cueilleur d’oranges en Californie, chauffeur d’automobile à Berlin et cambrioleur ailleurs. Quant à Elsa von Freytag-Loringhoven, elle incarnait Dada à elle seule.

Z comme Zurich La ville est en 1916 le nombril de l’art. Beaucoup d’artistes s’y sont réfugiés, fuyant la guerre. James Joyce y façonne «Ulysse», Lénine et Zinoviev vivent à deux pas du Cabaret Voltaire. Ce lieu «minuscule, enfumé, surpeuplé et bariolé de couleur», où l’on est ivre et se distribue des gnons. Il restera ouvert jusqu’en juillet 1916. Sa fermeture pour tapage nocturne ne mettra pas fin au mouvement, qui rebondit de publications en galerie et donc en revues. En 1918, la promotion du Mouvement Dada passe par Kuoni, qui vend des billets pour ses soirées. (24 heures)

Créé: 29.01.2016, 17h16

Articles en relation

Dada a 100 ans: dadalphabet (2)

Art Pour le centenaire de la naissance du Cabaret Voltaire à Zurich, voici, en vingt-six entrées, Dada dans tous ses ébats. La suite, de I à T. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...