Pas de démission pour le premier ministre islandais

Panama papersMis en cause après la publication des «Panama papers», le chef du gouvernement refuse de quitter son poste.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre islandais Sigmundur David Gunnlaugsson a exclu lundi de démissionner après la révélation de ses avoirs dans un paradis fiscal, dans le cadre de la publication des «Panama papers».

«Je n'ai pas envisagé de démissionner à cause de cela et je ne démissionnerai pas à cause de cela», a déclaré le chef de gouvernement à la chaîne Stöd 2, alors que l'opposition réclame son départ à cause de la société créée avec son épouse dans les îles Vierges britanniques.

L'opposition de gauche a réclamé son départ juste après la divulgation de documents montrant qu'il avait créé en 2007 une société avec son épouse dans les îles Vierges britanniques pour gérer leur fortune. L'épouse, Anna Sigurlaug Palsdottir, avait elle-même rendu publique mi-mars l'existence de la société, appelée Wintris, qui gère la fortune dont elle a hérité d'un père homme d'affaires. Elle nie toute évasion fiscale.

Mal à l'aise dans un entretien

L'affaire est extrêmement sensible dans un pays marqué par les excès des années 2000, où un secteur financier euphorique et ses dirigeants et cadres usaient et abusaient des sociétés écrans.

La défense du chef de gouvernement est simple: lui n'a jamais caché d'argent à l'étranger, et sa femme est en règle avec le fisc islandais. «Elle n'a jamais utilisé de paradis fiscal, et on ne peut pas dire non plus que sa société est une société offshore dans le sens où elle paierait des impôts à l'étranger plutôt qu'en Islande», a-t-il écrit sur son site internet.

Il s'est montré très mal à l'aise lors d'un entretien avec la télévision suédoise SVT, préférant quitter la pièce quand les questions sont devenues pressantes. «On rend suspect quelque chose qui ne l'est pas», s'est-il agacé.

Crise politique

Des manifestations sont prévues dans la semaine, la première dès lundi en fin de journée. Plus de 24'000 personnes, dans un pays de 320'000 habitants, avaient signé lundi après-midi une pétition en ligne appelant à la démission du Premier ministre.

L'opposition s'apprêtait lundi à déposer une motion de censure qui devrait être soumise au vote probablement dans la semaine.

(afp/nxp)

Créé: 04.04.2016, 15h04

Articles en relation

Paradis fiscaux: Poutine est la «cible principale»

Panama papers Le porte-parole du Kremlin estime qu'il n'y a «rien de concret ou de nouveau» concernant le président russe. Plus...

Les paradis fiscaux utilisés par des leaders mondiaux

Panama Papers La plus grande fuite utilisée dans l'histoire du journalisme s'attaque à la corruption. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...