Discussions autour d'une possible intervention en Syrie

Communauté internationaleLes tractations internationales concernant une possible intervention militaire contre le régime syrien se poursuivent. Bachar al-Assad l'estime vouée à l'échec.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir essuyé des tirs, les enquêteurs de l'ONU sont finalement parvenus à se rendre à Moadamiyat al-Cham, une localité au sud-ouest de Damas tenue par les rebelles et cible mercredi, selon l'opposition, d'une attaque à l'arme chimique par le régime.

«Ils ont visité le centre du Croissant-Rouge où ils se sont entretenus avec des médecins» et avec «des personnes atteintes des effets des armes chimiques et des proches de martyrs», a déclaré Abou Nadim, un militant de la province de Damas.

Les experts de l'ONU ont pu recueillir dans deux hôpitaux des témoignages de victimes de l'attaque chimique, a indiqué le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter a rappelé que la Suisse était disposée à mettre les compétences en matière d'analyse du laboratoire de Spiez (BE) au service de cette mission.

Un peu plus tôt dans la journée, les experts de l'ONU avaient dû rebrousser chemin, le premier véhicule de l'équipe ayant «été délibérément touché à plusieurs reprises par des tirs de snipers non identifiés», avait indiqué un porte-parole de l'ONU dans un communiqué, en ne faisant état d'aucun blessé. Régime et rebelles se sont accusés mutuellement de ces tirs.

Sans l'aval du Conseil de sécurité

Répondant aux accusations sur un recours aux armes chimiques, le président Assad a estimé qu'il était «contraire au bon sens» de pointer du doigt son régime avant l'enquête. Il a aussi prévenu qu'en cas d'intervention militaire, «les Etats-Unis essuieraient un échec».

«Les menaces occidentales de frappe contre la Syrie entrent dans le cadre des pressions psychologiques et politiques (...), mais nous sommes prêts à faire face à tous les scénarios», a par ailleurs affirmé un haut responsable au sein des services de sécurité syriens. Ces déclarations sont intervenues en pleines tractations sur une possible action militaire étrangère.

Le chef de la diplomatie britannique William Hague a estimé qu'il était «possible» de répondre à l'usage d'armes chimiques sans l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU, tout en refusant de «détailler les options militaires» envisagées par les Occidentaux.

Redisant sa conviction que le régime avait utilisé des armes chimiques le 21 août, il a jugé qu'une intervention serait possible pour des motifs de «détresse humanitaire».

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a déclaré pour sa part que les forces américaines étaient prêtes à agir si nécessaire. «Il y a des signes forts en direction de l'utilisation d'armes chimiques» par le régime syrien.

Pour le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, les pays occidentaux décideront d'une réaction «arbitrée dans les jours qui viennent», tandis que la Turquie s'est dite prête à rejoindre une coalition contre la Syrie, même sans consensus à l'ONU.

Mise en garde

Selon des experts, les pays occidentaux pourraient mener des frappes chirurgicales contre des intérêts stratégiques, sans pour autant s'engager dans une intervention de longue durée.

Mais la Russie, puissante et fidèle alliée du régime, a mis en garde contre une intervention militaire sans aval du Conseil de sécurité de l'ONU, estimant qu'elle serait «dangereuse». Son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, a souligné que les Occidentaux étaient incapables de fournir des «preuves» concernant l'utilisation présumée d'armes chimiques.

Autre allié du régime syrien, l'Iran a mis en garde les Etats-Unis contre de «dures conséquences» en cas d'intervention, alors qu'un groupe palestinien proche du régime syrien, le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général, a menacé de représailles.

De son côté, l'Irak est opposé à l'utilisation de son espace aérien ou de son territoire pour toute opération contre la Syrie, a indiqué un porte-parole du gouvernement.

Lundi, de hauts responsables militaires de pays occidentaux et musulmans doivent entamer une réunion de deux jours en Jordanie pour discuter «des scénarios» possibles après les «dangereux développements» en Syrie, selon Amman. Cette réunion rassemblera entre autres le chef d'état-major inter-armées américain, le général Martin Dempsey.

Route d'approvisionnement coupée

Sur le terrain, les rebelles ont marqué un point en coupant la seule route d'approvisionnement de l'armée vers la province septentrionale d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des bombardements du régime sur la Ghouta orientale ont par ailleurs fait six morts dont deux enfants, selon cette ONG qui s'appuie sur un réseau de militants et sources médicales. (ats/nxp)

Créé: 26.08.2013, 19h11

Dossiers

Articles en relation

Les enquêteurs de l'ONU visés par des snipers

Syrie Les inspecteurs de l'ONU, qui ont entamé lundi leur enquête sur l'attaque chimique présumée en Syrie, ont été «délibérément» visés par des tireurs embusqués non-identifiés. Plus...

Sous pression, la Syrie autorise l'ONU à enquêter

Syrie Le régime syrien, qui affirme toujours ne pas avoir fait usage d'armes chimiques, autorise l'ONU a enquêter. Une équipe sera sur place dès lundi. Plus...

Obama et Cameron examinent des options militaires en Syrie

Conflit Le président des Etats-Unis Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron sont convenus que la Syrie avait probablement perpétré une attaque aux armes chimiques contre son peuple. Plus...

MSF confirme 355 décès liés à l'arme chimique

Syrie L'organisme Médecins sans frontières dénombre 355 patients décédés en Syrie alors qu'ils présentaient «des symptômes neurotoxiques». Une ONG syrienne recense elle 322 morts par «gaz toxique». Plus...

La pression internationale s'accentue sur la Syrie

Armes chimiques La pression internationale demande au régime syrien pour qu'il autorise les experts des Nations unies présents à Damas à inspecter les faubourgs est de la capitale touchés par une attaque présumée au gaz neurotoxique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.