Des dizaines de milliers de Londoniens huent Trump

Grande-BretagneLa foule a manifesté sa colère contre le président américain, mais aussi contre Theresa May, accusée de complaisance.

Les Britanniques sont descendus dans la rue, lundi, pour dénoncer la politique anti-immigration de Donald Trump. On voit ici la manifestation de Londres mais des rassemblements ont aussi eu lieu dans d'autres villes du pays.

Les Britanniques sont descendus dans la rue, lundi, pour dénoncer la politique anti-immigration de Donald Trump. On voit ici la manifestation de Londres mais des rassemblements ont aussi eu lieu dans d'autres villes du pays. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Non au racisme!» Des dizaines de milliers de personnes, selon une source policière, ont manifesté lundi à Londres contre le décret anti-immigration du président américain Donald Trump, dénonçant aussi le retard mis par la Première ministre britannique à le critiquer.

Les manifestants se sont rassemblés en fin d'après-midi sur Whitehall, la grande avenue du centre de la capitale britannique où se trouvent des ministères et la résidence de la Première ministre.

Theresa May dans la tourmente

«Disons-le haut et fort: les réfugiés sont les bienvenus ici», chantait la foule, compacte et dense, tandis que des participants brandissaient des pancartes «Non au racisme, non à Trump» ou «Ne donnons pas la main aux fascistes».

«Je suis là pour protester contre Trump, contre ses idées», a déclaré à l'AFP Noah Davis, étudiant de 19 ans. «Et l'idée d'avoir, en tant que pays, une bonne relation avec lui est inacceptable», a-t-il ajouté, alors que la Première ministre Theresa May est accusée de complaisance au Royaume-Uni vis à vis du président américain.

La cheffe du gouvernement britannique avait en effet refusé, dans un premier temps, de critiquer son décret, avant qu'un communiqué ne rectifie le tir, dans la nuit de samedi à dimanche. Trop tard aux yeux de nombreux Britanniques...

Pétition contre la visite d'Etat

Une pétition signée par plus de 1,5 million de personnes demande ainsi au gouvernement d'annuler la visite d'Etat de Donald Trump prévue en 2017 au Royaume-Uni, ce que Theresa May a exclu lundi.

«J'ai envoyé une invitation (...) cette invitation est maintenue», a-t-elle déclaré en fin de journée lors d'une conférence de presse à Dublin, tout en revendiquant une approche «différente» sur l'immigration après le tollé soulevé par le décret anti-immigration de Donald Trump.

«Je suis vraiment contre le fait que Trump soit invité pour une visite d'Etat», a déclaré Annette Connors, 41 ans, employée dans le secteur des technologies de l'information. Le gouvernement «envoie le signal qu'il est plus préoccupé par un accord commercial potentiel que par le reste», a-t-elle ajouté.

Plusieurs autres manifestations étaient organisées à travers le pays, notamment à Manchester ou Edimbourg. (AFP/nxp)

Créé: 30.01.2017, 21h40

Articles en relation

Obama monte au créneau en faveur de la démocratie

Etats-Unis Visant les décrets signés par Trump, l'ancien président a dénoncé lundi toute discrimination fondée sur la croyance ou la religion. Plus...

Des tweets de Trump sur Kate refont surface

Grande-Bretagne La duchesse de Cambridge avait été critiquée il y a 5 ans par le président lors de «l'affaire des seins nus». De quoi alimenter la polémique sur la visite d'Etat de Trump en 2017. Plus...

May n'est finalement «pas d'accord» avec Trump

Immigration La Première ministre avait d'abord refusé de répondre aux questions des journalistes sur le sujet. Plus...

May et Trump lancent les négociations

Commerce Selon le Royaume-Uni, Donald Trump a accepté d'entamer immédiatement des pourparlers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...