L'Europe au menu des grands de ce monde

DavosTerrorisme, crise des réfugiés, crise politique sont au programme de jeudi au Forum économique mondial.

(Image d'illustration - 20 janvier 2016)

(Image d'illustration - 20 janvier 2016) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Europe et ses crises - réfugiés, attentats, institutions - est jeudi au menu du Forum économique de Davos, avec la venue des Premiers ministres britannique et français, et un débat très attendu entre le Grec Alexis Tsipras et le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble.

C'est un «message d'alerte» sur l'Europe que doit lancer dans la matinée Manuel Valls.

Le Premier ministre français insistera, selon son entourage, sur trois sujets: terrorisme, avenir du projet européen et plus classiquement, l'attractivité économique et les réformes en France.

Année de tous les dangers

«Face à la gravité et l'ampleur des défis européens, avec une année 2016 de tous les dangers» (crise des réfugiés, menace terroriste, panne du projet européen), «il faut évidemment que les réponses et les méthodes soient à la hauteur», a résumé un conseiller.

«Il faut d'une certaine manière aussi que l'Europe s'habitue à vivre dans une forme d'état d'urgence, non pas dans le sens de l'état d'urgence instauré en France après les attentats, mais pour répondre avec les délais qui soient à la hauteur des crises qui l'affectent. L'Europe doit se ressaisir».

Davos est «un endroit où il faut être», a estimé mardi Manuel Valls sur la chaîne RTS. «Il n'y a pas de problème entre la gauche, l'économie et l'entreprise, et Davos. Ce sont des débats anciens, dépassés», selon le Premier ministre francais.

Grecs vs Allemands

Le dirigeant français doit aussi s'exprimer lors d'une table ronde sur l'Europe à laquelle participeront également le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble, dont la posture intransigeante vis-à-vis d'Athènes avait porté la crise grecque à son paroxysme en 2015.

Athènes vient d'accepter la participation du FMI au nouveau plan d'aide à la Grèce, renonçant ainsi à tenir tête plus longtemps aux adeptes de la rigueur, dont l'Allemagne est la chef de file.

Athènes a accepté en juillet un troisième plan d'aide internationale en cinq ans, d'un montant de 86 milliards d'euros, et s'est engagée en contrepartie à lancer de nombreuses réformes économiques et sociales, dont certaines ne se font pas sans heurts, comme celle des retraites, qui entraîne une grève en Grèce.

Alexis Tsipras a rencontré mercredi le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici pour débattre du projet de réforme de ces retraites présenté par Athènes.

Compromis à trouver

Le Premier ministre conservateur britannique David Cameron pourrait lui s'exprimer sur le «Brexit», l'éventuelle sortie de l'Union européenne.

Le résultat du référendum sur cette question est «plus imprévisible que jamais», a reconnu mardi devant le Parlement européen le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui tentera en février d'arracher un accord aux chefs d'Etat et de gouvernement sur les réformes demandées par Londres pour rester dans l'Union.

«Le temps est compté, c'est pourquoi je vais travailler dur pour parvenir à un accord en février. Ce ne sera pas facile, mais c'est encore possible», a-t-il ajouté.

En suspens

David Cameron a formulé des demandes dans quatre domaines, auxquelles il souhaite avoir des réponses avant d'organiser un référendum sur le maintien de son pays dans l'UE, peut-être dès l'été prochain.

Le point le plus controversé concerne les aides sociales aux immigrants issus de l'UE: le Premier ministre britannique voudrait imposer un moratoire de quatre ans avant tout versement.

Le dossier avance, mais «il n'y aura pas de compromis sur les valeurs fondamentales comme la non-discrimination et la liberté de circulation», a prévenu Donald Tusk.

Date avancée

Des membres du Labour, le principal parti d'opposition britannique, ont lancé mercredi une campagne pour le Brexit, à contre-courant de la ligne du parti.

Promise d'ici à la fin 2017 par David Cameron, le référendum pourrait se tenir dès 2016, notamment en cas d'accord lors d'un sommet les 18 et 19 février à Bruxelles sur les négociations en cours entre l'UE et l'exécutif britannique.

David Cameron, qui mène ces négociations, a indiqué qu'il ferait campagne pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE, à condition d'obtenir une série de réformes. (afp/nxp)

Créé: 21.01.2016, 05h46

Articles en relation

A Davos, Schneider-Ammann plaide pour l'ouverture

WEF 2016 Il faut agir avec détermination contre la haine et le fondamentalisme, «se résigner serait une erreur fatale», a déclaré le président de la Confédération dans son discours. Plus...

L'Iran poursuit son offensive de charme à Davos

Sanctions levées Après la conclusion de l'accord sur le dossier nucléaire avec la communauté internationale, l'Iran passe à l'offensive à l'occasion du Forum économique mondial (WEF). Plus...

Joe Biden s'inquiète pour l'avenir de la classe moyenne

WFF 2016 Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a estimé à Davos que les opportunités de la «quatrième révolution industrielle» vont contribuer à créer de «meilleurs» emplois. Plus...

Manque de logements pour les réfugiés

Hiver canadien En déficit de logements adaptés aux grands froids, des villes canadiennes veulent ralentir l'accueil de migrants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...