Passer au contenu principal

Crash d'EgyptAirUn «feu» mentionné sur un enregistreur de vol

L'analyse de la boîte noire contenant les données de vol montrait que des alertes signalant de la fumée s'étaient déclenchées.

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)
L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)
Keystone
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)
Keystone
Parti de Paris à 22h45 à destination du Caire avec 56 passagers et dix membres d'équipage, l'avion a disparu des écrans radar 20 minutes avant l'heure prévue de son atterrissage (03h05). Les responsables égyptiens de l'aviation pensent qu'il s'est abîmé en mer. (Jeudi 19 mai 2016)
Parti de Paris à 22h45 à destination du Caire avec 56 passagers et dix membres d'équipage, l'avion a disparu des écrans radar 20 minutes avant l'heure prévue de son atterrissage (03h05). Les responsables égyptiens de l'aviation pensent qu'il s'est abîmé en mer. (Jeudi 19 mai 2016)
Reuters
1 / 58

L'analyse d'un enregistreur de vol de l'appareil EgyptAir qui s'est abîmé en Méditerranée en mai a révélé que le mot «feu» avait été prononcé avant le crash de l'avion, a annoncé samedi une commission d'enquête dirigée par l'Egypte.

Les enquêteurs avaient déjà indiqué fin juin que l'analyse de l'autre boîte noire, celle contenant les données de vol, avait montré que des alertes signalant de la fumée à bord s'étaient déclenchées avant le crash de l'Airbus A320.

Le vol MS804 reliant Paris au Caire le 19 mai s'est abîmé entre la Crète et la côte nord de l'Egypte après avoir soudainement disparu des écrans radar pour des raisons encore indéterminées, tuant les 66 personnes à bord, dont 40 Egyptiens et 15 Français.

Le départ du feu inconnu

«La commission (d'enquête) a commencé à écouter les enregistrements du Cockpit Voice Recorder (CVR) avant l'accident (et) l'existence d'un +feu+ est mentionnée», selon un communiqué.

«Il est néanmoins encore trop tôt pour déterminer la raison ou l'endroit où le feu s'est déclaré», poursuit le texte.

Les données des cartes mémoires du CVR avaient été extraites en début de mois après la réparation de cet enregistreur de vol, récupéré en mer à la mi-juin avec l'autre boîte noire, le Flight Data Recorder (FDR).

Ces informations pourraient conforter l'hypothèse d'une défaillance technique pour expliquer le crash, après que l'Egypte eut initialement évoqué la possibilité d'un attentat.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.