Hollande et Merkel visent un accord rapide avec la Grèce

Crise de la detteParlant d'une même voix, les deux dirigeants veulent que la Grèce reste dans la zone euro et insistent sur la nécessité d'«accélérer» les efforts pour «trouver une solution durable» et éviter le défaut de paiement.

Les dirigeants français et allemand ne sont pas les seuls à appeler à une accélération des négociations avec la Grèce.

Les dirigeants français et allemand ne sont pas les seuls à appeler à une accélération des négociations avec la Grèce. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président français François Hollande et la chancelière Angela Merkel ont insisté mardi sur la nécessité d'«accélérer» les efforts pour arriver à un accord entre la Grèce et les institutions avec qui Athènes négocie pour éviter un défaut de paiement.

Pour le ministre grec des finances Yanis Varoufakis, un accord avec les créanciers est proche.

«Nous devons accélérer parce que l'échéance approche (...) et la Grèce a des besoins qui ne peuvent pas attendre», a déclaré François Hollande en visite à Berlin. La chancelière a elle appelé à «des progrès notables» dans ces discussions entre le gouvernement grec, le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) dont dépendent le déblocage de fonds cruciaux pour la Grèce.

Ces institutions réclament à Athènes en échange de plusieurs milliards d'aides des engagements de réformes, qui pour certains vont radicalement à contre-courant des promesses électorales du premier ministre grec Alexis Tspiras.

Ce dernier sera en fin de semaine à Riga avec les autres dirigeants européens réunis en sommet. «Nous allons voir si des possibilités de discussion se dégagent» en petit comité, a dit la chancelière.

Paris et Berlin vont parler «le même langage»

«Nous voulons que la Grèce reste dans la zone euro et que nous puissions trouver une solution durable», a dit pour sa part François Hollande, soulignant que Paris et Berlin allaient parler «le même langage» dans ce dossier.

Les dirigeants français et allemand ne sont pas les seuls à appeler à une accélération des négociations. Lundi, à Berlin lui aussi, le commissaire européen Pierre Moscovici avait affirmé que le temps à disposition était désormais «très limité» pour arriver à une solution.

Le programme dont bénéficie la Grèce, et au nom duquel elle peut prétendre à encore 7,2 milliards d'euros d'aides, expire fin mai.

Le ministre grec des finances Yanis Varoufakis a envoyé des signaux contradictoires lundi soir, assurant «préférer un défaut de la Grèce sur le FMI plutôt que sur les salaires». Il a toutefois considéré qu'un accord avec les créanciers est proche. (ats/nxp)

Créé: 19.05.2015, 15h57

Articles en relation

Tsipras annonce que la Grèce ne cédera pas

Créanciers Les pourparlers avec les créanciers achoppent sur le refus de baisser les retraites et de libéraliser le marché du travail. Plus...

La Bundesbank critique les prêts d'urgence à la Grèce

Union européenne Les financements d'urgence accordés par la Banque centrale européenne (BCE) aux banques grecques suscitent l'ire du président de la Banque centrale allemande. Plus...

La Grèce risque une «profonde récession»

Négociations La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) juge la situation «très incertaine». Plus...

La Grèce a payé le FMI en puisant dans un «fonds d'urgence»

Dette La Banque de Grèce a eu recours à un «fonds d'urgence» dédié «aux besoins extraordinaires» pour rembourser les 750 millions d'euros dus au FMI. Plus...

La Grèce à court de liquidités d'ici «deux semaines»

Athènes/Bruxelles Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a affirmé que le pays risque d'être à court de liquidités d'ici «deux semaines». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.