Passer au contenu principal

MinskNégociations marathon pour la paix en Ukraine

Les grands dirigeants du monde sont réunis à Minsk pour tenter de trouver un accord visant à la paix en Ukraine.

Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande, Angela Merkel et leurs conseillers, mercredi 11 février.
Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande, Angela Merkel et leurs conseillers, mercredi 11 février.

Les discussions sont considérées comme «très difficiles».

Poutine, Porochenko, Merkel et Hollande étaient réunis à Minsk après l'une des journées les plus sanglantes du conflit.

Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande, Angela Merkel, tantôt entourés par leurs conseillers, tantôt seuls, ont discuté pied à pied le document élaboré depuis plusieurs jours par leurs diplomates. Le document visait à mettre fin à dix mois de guerre qui ont fait plus de 5300 morts dans cette ex-république soviétique.

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a annoncé «prolonger son séjour» à Minsk et retarder «son départ pour un déplacement au Brésil. «Tous bâillent, mais continuent de discuter», a déclaré une source qui assiste aux pourparlers.

Un membre d'une délégation a estimé que les discussions pourraient durer encore trois heures. «Nous ne pouvons pas nous en aller sans un accord sur un cessez-le-feu inconditionnel», a de son côté souligné sur sa page Facebook Valeri Tchaly, un conseiller du président ukrainien. Des sources diplomatiques ukrainiennes ont fait état de «progrès» sans donner de détails.

Négociations difficiles

François Hollande et Angela Merkel faisaient, certes, bonne figure devant les caméras, mais le visage renfrogné du président ukrainien et l'attitude en retrait de Vladimir Poutine accusé d'armer les rebelles et d'avoir déployé son armée dans l'Est de l'Ukraine en témoignaient: les négociations étaient difficiles.

Illustration, une journaliste de l'AFP a pu apercevoir à travers une porte entrouverte les présidents russe et ukrainien discutant debout et face à face de manière très animée. Vladimir Poutine et Petro Porochenko au visage déjà fermé avaient échangé une très brève poignée de main, entourés de Angela Merkel et de François Hollande peu après le début du sommet.

Les quatre dirigeants tentent de s'accorder sur un plan de paix, tandis que les combats et les bombardements n'en finissent pas de faucher des vies. Une cinquantaine de tués ont été enregistrés pour les seules journées de mardi et de mercredi.

S'il n'a pas été rendu public, le texte qui sert de base aux pourparlers a pour objectif de régler des questions épineuses: rétablir le contrôle de Kiev sur la frontière ukraino-russe dans les régions aux mains des rebelles, définir la ligne de front afin d'entamer un retrait des armes lourdes ou encore déterminer le «statut des territoires» conquis par les séparatistes.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.