La presse belge exprime la douleur du pays

Drame de SierreLes journaux francophones et néerlandophones transmettent à l'unisson le désarroi qui habite la Belgique, suite au décès de 22 enfants et 6 adultes dans un accident de car. Mais la comparaison du Monde avec l'affaire Dutroux ne passe vraiment pas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Etat de choc» titre Le Soir qui résume ainsi le sentiment général. Relevant les messages joyeux laissés par les élèves sur le blog de leurs aventures, l’éditoraliste du quotidien bruxellois souligne que «ces messages, nous les avons tous un jour attendus, anxieusement, après avoir vu nos enfants monter dans un car ou un train pour leur beau voyage». Et de poursuivre: «nous l’avons tellement crainte, cette annonce faite au coeur de la nuit aux parents des 22 enfants morts, que leur détresse est devenue la nôtre hier instantanément».

«La Belgique pleure ses enfants», clame pour sa part la Dernière Heure en arborant le noir du deuil. Le quotidien consacre quatorze pages à la catastrophe.

«Deuil national» affirme en Une la Libre Belgique tandis que les quotidiens du groupe Sud Presse titrent «21h15: le bonheur fracassé» et consacrent le premier cahier du journal à la catastrophe.

L'hommage des titres flamands
Les journaux de Flandre consacrent des dizaines de pages à la catastrophe. De Morgen s’ouvre sur une page blanche. «La mort ne s’accommode pas du bonheur», constate l’éditorialiste du grand quotidien néerlandophone avant d'affirmer qu'il «n’existe pas de réponse satisfaisante pour répondre à cette question: pourquoi mon enfant?».

Het Nieuwsblad ouvre son journal par «un chagrin incommensurable» et publie les photos des 28 morts et 24 blessés en première page. «Les classes de neige ne sont pas censées se terminer comme cela. Le monde n’est pas soudainement devenu un endroit moins sûr. Mais parfois, le destin frappe. Parfois il n’y a plus personne sur qui rejeter la faute, parfois il ne reste plus que l’impuissance», souligne l’éditorial du quotidien.

De Standaard a rendu sa Une sobre: «Sierre, 13 mars 2012 - 28 morts, 24 blessés», légende le quotidien sous une photo de l’entrée du tunnel où s’est produit l’accident. Il s’agit du «pire cauchemar» affirme l’éditorial car «touchés où nous sommes les plus vulnérables: nos enfants». «Une tragédie nationale arrête le cours normal des choses, ajoute le journal. Nous savons tous que ces moments sont brefs. Mais tout de même assez longs pour ressentir ce qui est important, dans la vie. Et pour nous rappeler que nous n’en prenons la mesure que quand cela nous est froidement repris».

L'union dans la douleur
Pour une fois, il n’y a pas de fossé entre les régions linguistiques. Bien que les enfants soient tous scolarisés dans la partie flamande du pays, la stupéfaction est immense et partagée par l’ensemble de la presse du royaume.

Une union que le correspondant du Monde analyse sous l'angle des «plaies mal cicatrisées des Belges». «Après les terribles révélations, consignées dans un rapport officiel, sur les actes de pédophilie commis au sein de l'Eglise catholique durant des décennies mais, surtout, depuis l'affaire Marc Dutroux, les Belges ont une sensibilité à fleur de peau» pour ce qui concerne les enfants. Mais cette analyse suscite la colère des médias belges. Ainsi DH.net déplore ce «parallèle grotesque entre l'émotion de la population belge,... et l'affaire Dutroux!»

Toutes ces émotions n'évincent pas les questions, qui restent sans réponse. Sur les sites Internet des journaux, des lecteurs s’interrogent sur l’utilité d’organiser de longs voyages en car, plaidant plutôt pour l’utilisation du chemin de fer. D’autres s’étonnent d’un mur à angle droit à la sortie de la zone d’évitement dans le tunnel, pourtant réputé sûr.

Créé: 15.03.2012, 10h55

Articles en relation

Les causes de l’accident obsèdent la presse

Drame de Sierre Après le choc provoqué par un terrible accident d’autocar survenu à Sierre, dans lequel 28 personnes ont été tuées, la presse suisse s’interroge sur les zones d'ombres de cette tragédie. Plus...

Lorsqu'on perd un enfant on ne trouve pas de mots

Drame de Sierre Les personnalités présentes en conférence de presse à Sion se sont dites «bouleversées». Toutes ont évoqué le sort tragique des enfants: lorsque tant d'enfants sont touchés, «c'est très lourd» et «on ne trouve pas les mots». Plus...

La dramatique trajectoire du car belge

DRAME DE SIERRE Il est 21h15, mardi soir à Sierre. L’autocar de la société belge Toptour circule dans un tunnel en direction de Sion lorsqu’il dévie de sa route et vient s’encastrer dans un mur. Bilan: 28 morts dont 22 enfants rentrant de vacances de ski. Plus...

Les trois enfants au CHUV sont dans un état préoccupant

Tragédie de Sierre Le pronostic est encore réservé pour les trois enfants qui sont hospitalisés au CHUV, après l'accident de car à Sierre (VS) mardi soir qui a fait 28 morts, dont 22 écoliers de Belgique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.