Les Suisses de la Mini Transat sont en embuscade

VoileAprès une semaine de course, Patrick Girod, Simon Brunisholz et Simon Koster naviguent à portée d’étrave des leaders.

Simon Brunisholz est à fond depuis le départ.

Simon Brunisholz est à fond depuis le départ. Image: JACQUES VAPILLON

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Mini, c’est maintenant! Voilà une semaine que la flotte a quitté Lanzarote en direction de Pointe-à-Pitre. Cette deuxième étape – la première emmenait les coureurs de Douarnenez, en Bretagne, aux Canaries – constitue le morceau de choix de cette épreuve à taille humaine. Juste avant de larguer les amarres, le Genevois Patrick Girod évoquait «cette petite boule au ventre, à l’idée de faire le grand saut». Une transat en solitaire, sur une «coquille de noix» de 6,50 m, voilà un défi qui fleure encore bon l’aventure. L’aventure d’une vie pour certains. Le simple début d’une aventure pour d’autres qui rêvent de faire des océans leur terrain de jeu.

Depuis une semaine, donc, trois jeunes loups de mer suisses sont livrés à la houle. Et le premier bilan est bon puisque les compères sont en embuscade. En série, Patrick Girod (Nescens), 5e de la 1re étape et qui peut viser une place finale sur le podium, se cale dans les dix premiers, à portée d’étrave (une centaine de milles) des leaders. Juste derrière (11e), c’est le Vaudois Simon Brunisholz qui continue de se défendre comme un chef, lui qui envisageait cette course d’un point de vue plus personnel. Il le disait joliment sur son compte Facebook avant de larguer les amarres: «C’est l’aboutissement de deux ans et demi de travail. Pendant un peu plus de deux semaines, notre seul compagnon de route sera l’immensité de l’océan. Il n’y a pas vraiment de mots pour décrire tous les sentiments qui se mélangent en moi en ce moment: joie, satisfaction, crainte, conviction. Mais surtout: envie d’y aller! Aller au bout de ce rêve et de ce défi que je me suis lancé. Il faut traverser…»

Porté par un alizé bien établi Simon Brunisholz (defiatlantique.ch/minilab) s’est mis dans le rythme infernal de cette deuxième étape. Spi déployé, les minis filent à près de dix nœuds de moyenne!

Depuis les Canaries, les marins ont choisi une route très au sud pour aller chercher ces fameux airs et bénéficier d’un bon angle pour pouvoir tracer la route en direction de la Guadeloupe. La flotte est passée juste au nord de l’archipel du Cap-Vert avant de clairement mettre la flèche à droite.

C’est logiquement la route qu’a aussi choisie Simon Koster, engagé dans la catégorie des prototypes. Le Zurichois est lui aussi dans le rythme sur son bateau extrême, dessiné dans les bureaux de Michel Desjoyeaux. Septième hier en fin de journée, il pourrait se mêler à la lutte pour la victoire s’il parvient à exploiter le potentiel de son Eight Cube tout neuf. (24 heures)

Créé: 06.11.2015, 21h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.