Ces trois adversaires que Bâle doit éviter

FootballLe tirage au sort des 8es de finale de l’Europa League a lieu ce vendredi. Derniers représentants suisses, les Rhénans espèrent avoir de la chance.

Luca Zuffi, auteur de deux buts jeudi soir contre St-Etienne.

Luca Zuffi, auteur de deux buts jeudi soir contre St-Etienne. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Contre les «Verts» de Saint-Etienne, le FC Bâle est passé à l’orange, hier soir. Un but de Luca Zuffi dans le temps additionnel a permis aux champions de Suisse de poursuivre leur aventure continentale, d’entretenir leur rêve de disputer la finale de l’Europa League, qui se disputera dans leur antre du Parc Saint-Jacques à la mi-mai. Mais avant de se voir trop beaux, les Rhénans ont encore beaucoup, beaucoup, de pain sur la planche. Les 8es de finale – qui auront lieu les 10 et 17 mars - seront déjà un très gros morceau pour eux. Peu importe sur qui ils tombent. Même si, bien sûr, des affiches contre le Borussia Dortmund, Liverpool ou Manchester United seraient très, très excitantes. Reste que, parmi les quinze adversaires qui pourraient leur tomber dessus lors du tirage au sort de cet après-midi, il y en a trois, et pas forcément les plus connus, qu’il vaudrait mieux éviter. Les voici.

FENERBAHCE

Tombeur du Lokomotiv Moscou, le club stambouliote a tous les atouts pour aller encore plus loin dans cette C3. Outre son effectif superbement fourni (Volkan, Diego, Meireles, Nani, van Persie…), il peut compter sur un public exceptionnel, qui rend chaque déplacement sur les rives du Bosphore périlleux pour l’adversaire. N’est-ce pas dans l’enceinte du Sükrü Saraçoglü que la Suisse avait connu l’enfer en novembre 2005? Pour avoir vécu ce match de fou devant leur télévision, les Bâlois s’en souviennent. Ils craignent de devoir à leur tour s’en aller défier Fenerbahçe, qui a tout du tirage piège.

SEVILLE

Ce n’est pas le principal cador de la Liga, mais c’est assurément une équipe redoutable en Europa League. Double tenant du titre de l’épreuve(!), le FC Séville a les capacités pour prolonger son règne continental. Même s’il s’est fait un peu peur contre Molde en 16es de finale, le club andalou est au taquet. Son expérience et son équilibre attaque-défense en font un prétendant de poids pour une place en quarts de finale. Avec l’artiste Konoplyanka dans l’entrejeu, le duo offensif Gameiro-Llorente et une arrière-garde expérimentée, les Sévillans font peur. Même à Bâle?

SHAKHTAR DONETSK

Vainqueur de la dernière édition de la Coupe de l’UEFA en 2009, le club ukrainien vit certes de hauts et de bas, mais constitue toujours une menace. Preuve en est la démonstration livrée jeudi soir en match retour des 16es de finale contre Schalke (0-3)! Son armada brésilienne reste impressionnante. Nombre de joueurs de talent sont d’ailleurs sortis des réserves du Shakhtar. Si les Brandao (Bastia), Douglas Costa (Bayern Munich), Fernandinho (Manchester City), Luiz Adriano (AC Milan) et autre Willian (Chelsea) font aujourd’hui le bonheur d’autres équipes, Bernard, Dentinho et Fred font en revanche les beaux jours des «Mineurs». Idem pour Eduardo, l’ancien revenu au club après son passage à Arsenal.

Créé: 26.02.2016, 10h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.